SEO Prestations référencement naturel

Nous vous proposons un service de prestations référencement naturel manuel. Bien entendu ce référencement naturel a pour but de vous aider à placer votre site web dans une meilleure position au regard des services internet mais il ne remplacera jamais la bonne conception de ce site, un contenu de valeur et riche en information. Le référencement naturel n’est qu’une partie du travail long et patient que vous devez effectuer pour faire vivre votre site web.

Les prestations de référencement naturel

Nos prestations de référencement naturel prennent en compte :

  • référencement des sites suivant les normes Google ;
  • référencement naturel dans des annuaires de qualité (lien en dur, for pagerank…) ;
  • échange de liens en qualité (PR > 2 ) ;

Le travail se fait manuellement dans des annuaires choisis en fonction de leur notoriété, de leur âge et du type de rubriques qu’il comporte. Votre site est inscrit dans chaque annuaire et vous recevez en fin de référencement un rapport qui vous indique :

  • le nom de l’annuaire ;
  • son pagerank ;
  • la rubrique d’inscription ;
  • la date d’inscription.

Nous nous chargeons de la partie relation courrier avec les annuaires.

Prestations référencement naturel site web

Prestations référencement naturel

Prestations référencement naturel : plateforme

Vous pouvez ainsi suivre en direct votre référencement et télécharger les résultats.

D’autre part vous pouvez y découvrir :

  • l’analyse du site ;
  • les corrections apportées ;
  • laisser directement un message aux gestionnaires de référencement ;
  • acheter avec des crédits d’autres services SEO.

Prestations référencement naturel : les packs

Voici la liste des différents packs ; attention nous vous rappelons que l’inscription dans un annuaire ne nous engage aucunement à son acceptation par le gestionnaire dudit annuaire qui est le seul décisionnaire.

1- Le pack « click one »

Ce pack comprend :

  • Audit de votre site d’après l’expression-clef que vous nous indiquez ;
  • Rédaction des balises méta de la page d’index ;
  • 200 soumissions de qualité repartis sur un mois (50 soumission de qualité par semaine) soit une durée de quatre semaines.

Prix ht : 90 euros

Avertissement : en cliquant sur le bouton ci-dessous acceptez les conditions générale d’utilisation de ce site qui sont consultables ICI.

[button link= »http://www.agenceviaweb.com/fr/pack-basic/882-pack-click-one.html » type= »big » color= »orange » newwindow= »yes »] Découvrir l’offre « Click-One »[/button]

2- Le pack « click two »

Ce pack comprend :

  • Audit de votre site d’après deux expressions-clef que vous nous indiquez ;
  • Examen et correction de vos balises méta dans la limite de quinze pages ;
  • 200 Soumissions de qualité repartis sur un mois (50 soumission de qualité par semaine) soit une durée de quatre semaines.

Prix ht : 110 euros

Avertissement : en cliquant sur le bouton ci-dessous acceptez les conditions générale d’utilisation de ce site qui sont consultables ICI.

[button link= »http://www.agenceviaweb.com/fr/pack-basic/883-le-pack-click-two.html » type= »big » color= »orange » newwindow= »yes »] Découvrir l’offre « Click-two »[/button]

3- Le pack « click three »

Ce pack comprend :

  • Audit de votre site d’après  trois expressions-clef que vous nous indiquez ;
  • Examen et correction de vos balises méta dans la limite de vingt pages ;
  • 300 Soumissions par mois (75 soumissions par semaine) soit une durée de quatre semaines.

Prix ht : 140 euros

Avertissement : en cliquant sur le bouton ci-dessous acceptez les conditions générale d’utilisation de ce site qui sont consultables ICI.

[button link= »http://www.agenceviaweb.com/fr/pack-standard/884-le-pack-click-three.html » type= »big » color= »orange » newwindow= »yes »] Découvrir l’offre « Click-three »[/button]

4- le pack « click four »

Ce pack comprend :

  • Audit de votre site d’après trois expressions-clef que vous nous indiquez ;
  • Examen et correction de vos balises méta dans la limite de trente pages ;
  • 600 soumissions de qualité répartis sur 3 mois. (50 soumissions de qualité par semaine).

Prix ht : 340 euros

Avertissement : en cliquant sur le bouton ci-dessous acceptez les conditions générale d’utilisation de ce site qui sont consultables ICI.

[button link= »http://www.agenceviaweb.com/fr/pack-premium/885-le-pack-click-four.html » type= »big » color= »orange » newwindow= »yes »] Découvrir l’offre « Click-four »[/button]

5- Le pack « click five »

Ce pack comprend :

  • – Audit de votre site d’après cinq expressions-clef que vous nous indiquez ;
  • – Examen et correction de vos balises méta dans la limite de trente pages ;
  • – 1200 soumissions de qualité répartis sur 3 mois. (50 soumissions de qualité par semaine).

Prix ht : 570 euros ht

Avertissement : en cliquant sur le bouton ci-dessous acceptez les conditions générale d’utilisation de ce site qui sont consultables ICI.

[button link= »http://www.agenceviaweb.com/fr/pack-premium/886-le-pack-click-five.html » type= »big » color= »orange » newwindow= »yes »] Découvrir l’offre « Click Five »[/button]

Services SEO – E-mailing

Pourquoi l’E-mailing ? Le marketing relationnel est une technique de marketing visant à établir une relation durable, continue, de type « Win Win » avec les clients ou prospects, et ce en dehors des moments de consommation ou d’achat. Cette relation qui se construit par l’établissement d’un dialogue entre la marque et le consommateur se fait par à travers différents canaux (courrier, téléphone, Internet). La plupart des campagnes de conquête sont inspirées du marketing relationnel, car les destinataires, clients ou prospects, se voient offrir des moyens interactifs pour répondre, poser des questions, demander des informations, voire commander directement. Ceci correspond à l’avènement du marketing multicanal et l’explosion des nouveaux médias électroniques (sites Internet, email, mobile marketing, SMS, etc.).

Plan de l’article

Nous allons nous intéresser à un de ces canaux de communication plus précisément l’E-mailing. Avec un ordinateur, une connexion Internet et un peu de temps, vous pouvez, vous aussi, profiter de ce formidable outil pour votre activité. Toutefois, s’il est mal utilisé, il ne produira pas les effets désirés.

Cet article ne s’adresse pas aux experts en E-mailing, mais à ceux veulent connaître les étapes pour lancer leur première campagne d’E-mailing. Et même si vous avez déjà expérimenté l’E-mailing, mais que vous n’avez pas obtenu des résultats satisfaisants, vous découvrirez, dans cet éditorial, les erreurs à ne pas commettre, les conseils indispensables pour réussir et gagner du temps. Vous y trouverez des astuces pour obtenir de bonnes performances, et surtout un retour sur investissement. Et quand bien même vous pratiquez déjà l’E-mailing avec un certain succès, je suis persuadé que la lecture de mon billet vous donnera de nouvelles idées et des pistes d’amélioration pour ajuster votre stratégie.

e-mailing

Cliché – Morguefiles

Qu’est ce que l’E-mailing ?

L’E-mailing est la version web du publipostage que nous devrions tous connaitre. En revanche, il est beaucoup moins coûteux et il est plus facile d’en mesurer l’efficacité, ce qui en fait une solution de choix pour les certaines entreprises. Comme avec le publipostage traditionnel, l’E-mailing est une technique de prospection de masse, avec certes des contraintes mais aussi un potentiel réel pour le développement de votre société.

Fichier client, B to B et B to C pour E-mailing

Il existe des dizaines d’entreprises qui vendent ou louent des fichiers d’adresses email. Ces fichiers sont, le plus souvent, représentés en deux grandes catégories : les particuliers (B to C) et les professionnels (B to B). Ils sont parfois segmentés selon l’âge, la catégorie socioprofessionnelle, ou encore le code postal des destinataires.

Ces fichiers ne sont pas illégaux, mais vous devez vous assurer contractuellement que les adresses électroniques utilisées ont été collectées de manière régulière, et notamment que le prestataire est déclaré auprès de la Cnil Commission nationale de l’informatique et des libertés. C’est une garantie que les destinataires présents dans ces bases de données ont été informé de la transmission de leurs données personnelles à des tiers au moment de la collecte.

Par ailleurs, sachez que les fichiers à louer sont généralement de meilleure qualité que les fichiers à vendre. Ces derniers sont utilisés par de multiples entreprises sans aucun contrôle de fréquence d’envoi ; les emails de ces listes sont donc littéralement bombardés de messages publicitaires. Vous serez marqué dans les courriers indésirables car les destinataires sont rébarbatifs face au nombre de publicités. Une situation qui a un impact non négligeable sur les performances et l’image de votre entreprise.

La location est, en revanche, plus recommandable. Les fichiers à louer ne sont pas transmis aux entreprises clientes. Vous sélectionnez la cible, et le prestataire s’occupe de l’envoi pour vous. Généralement, ces fichiers sont à jour et exploités plus raisonnablement. De plus, les destinataires ont la possibilité de se désinscrire du fichier géré et détenu uniquement par le loueur. Les fichiers à louer sont donc, normalement, constitués de personnes désirant continuer à recevoir des messages publicitaires.

Il existe plusieurs façons de facturer la location d’un fichier d’adresses email.

Pour un ciblage précis et des envois qui peuvent être modestes

  • CPM (coût pour mille) : c’est la forme la plus répandue et la plus simple techniquement. Le tarif est fixé sur le nombre d’emails envoyés. Le prix est exprimé pour mille emails envoyés.
  • CPMO (coût pour mille ouverts) : le loueur vous facturera un tarif déterminé pour mille emails effectivement ouverts.
  • CPC (coût par clic) : le tarif repose sur un coût fixe par clic dans votre E-mailing. Vous ne payez que si les destinataires cliquent.

Pour un ciblage moins précis et des envois massifs

  • CPL (coût par lead) : le loueur se rémunère sur le nombre de contacts qu’il vous apporte (prospects), sur un formulaire de devis par exemple.
  • CPA (coût par action) : le loueur se rémunère sur les ventes directement générées par l’E-mailing (tarif fixe par vente ou pourcentage du chiffre d’affaires).

Mais où trouver ces fichiers ?

Vous pouvez faire appel à des sociétés qui vendent ou louent des fichiers. Les fichiers les plus intéressants sont ceux qui sont loués car ils sont mis à jour, plus ciblés et moins diffusés.

Cependant la meilleure solution pour réussir son programme d’E-mailing est de constituer soi-même un fichier de destinataires. Il était illégal d’aspirer grâce à des logiciels ou de récupérer des emails sans en informer les intéressés. Commencez à collecter des contacts autour de vous via des déclencheurs d’actions motivants. Votre première source de contact est à trouver dans votre carnet d’adresses, vos clients et vos proches. Mais il y a aussi les rencontres, Une rencontre peut souvent faire l’objet d’un échange de carte de visite. À cette occasion vous pouvez préciser à votre interlocuteur que vous l’inscrirez à votre newsletter. Cette inscription pourra lui être confirmée par un mail individuel dans lequel vous pourrez aussi mettre en signature votre Page Facebook ou votre Compte Twitter…

L’opt-in en E-mailing

Il s’agit d’adresse ou de base Opt-in, signifiant que le destinataire a validé préalablement à l’Option d’être dans (In en anglais) votre base, c’est-à-dire qu’il aura donné son consentement. On distingue plusieurs niveaux d’Opt-in :

  • opt-in passif : la case à cocher est déjà préremplie lors de l’inscription. Cette pratique n’est pas recommandée, notamment en B to C, c’est-à-dire que votre entreprise, votre organisation propose ses services à des particuliers).
  • opt-in actif : la case à cocher est à remplir
  • opt-in actif avec confirmation : suite à son inscription, le destinataire reçoit un mail de confirmation.
  • double opt-in : l’inscription se finalise lors de l’envoi d’un mail de confirmation dans lequel le destinataire devra cliquer pour valider définitivement son inscription.

e-mailing

Cliché – Morguefiles

La législation concernant l’E-mailing

Voici les trois textes fondamentaux qui régissent le marketing direct en ligne. Leur lecture est un peu aride mais a le mérite de rappeler.

  • La directive 2002/58/ce du parlement européen et du conseil du 12 juillet 2002 concernant le traitement des données à caractère personnel et la protection de la vie privée dans le secteur des communications électroniques http://eur-lex.europa.eu/
  • La Loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique http://www.legifrance.gouv.fr/
  • La CNIL sur la prospection vers les particuliers et les professionnels http://www.cnil.fr/

Si vous utilisez l’email marketing pour le marché américain, vous pouvez aussi vous référer au CAN Spam Act (Controlling the Assault of Non-Solicited Pornography And Marketing). http://business.ftc.gov/

Cependant lors de de la réalisation de vos opérations de marketing direct en ligne, voici des sujets « juridiques » à anticiper :

  • La propriété intellectuelle des adresses

Quand vous faites l’acquisition d’adresses en dehors de vos propres fichiers clients, ayez à l’esprit le sujet de leur propriété intellectuelle. Posez-vous la question de savoir à qui est le fichier? S’il est à vous, vous auriez certainement dû payer pour l’acquérir et donc détenir une licence d’utilisation. Par exemple, si Pages Jaunes vous autorise à utiliser une adresse sur son annuaire de professionnels, elle proscrit la collecte automatisée de la totalité de son fichier. De même si un collègue dans une entreprise vous propose de vous donner le fichier de prospection qu’il a acquis auprès d’un propriétaire de fichiers, sachez que vous êtes complètement hors la loi. Pareil lorsque vous quittez une entreprise en pensant pouvoir disposer du fichier client. Dans tous ces exemples, le propriétaire des adresses aura en outre probablement mis en place des adresses pièges que vous serez amenées à solliciter sans même vous en rendre compte. Cette sollicitation donnera ainsi la preuve d’un usage d’une base de contacts sur laquelle vous n’aviez pas les droits. Préparez-vous alors à de graves retombés.

  • La propriété intellectuelle des contenus

Il est interdit de copier/coller des contenus éditoriaux dans leur intégralité sur Internet pour ensuite les intégrer dans vos propres supports. De même les banques d’images ne permettent pas l’utilisation de leurs images si vous n’avez pas payé les royalties afférentes. Là aussi, les ayant droit sont de plus en plus organisés pour faire valoir leurs droits.

  • Le droit à l’image

Une photo de votre brigade de travail dans un magazine est une belle image à véhiculer pour promouvoir votre marque. Néanmoins assurez-vous au préalable que tous les membres ont bien tous signé une autorisation d’utiliser leur image. Il existe des cas de jugement en prud’homme sur cette question de droit. Évitez donc de publier des photos présentant des personnes n’ayant pas explicitement autorisé la publication de leur photo.

Les bonnes pratiques – les mauvaises pratiques lors d’une campagne d’E-mailing

  1. Envoyer des E-mailings non sollicités

Très souvent on commet l’erreur d’envoyer des e-mails à des clients ou prospects qui ne le désirent pas. En effet, vous devez absolument obtenir leur consentement (opt-in) avant d’investir du temps et de l’argent dans l’email marketing. Ne prétendez pas que vos clients veulent recevoir de l’information de votre part. Demandez-leur plutôt s’ils souhaitent en recevoir. Sinon, vous pourriez très vite être considéré comme un spammeur.
Aussi, il faut nettoyez régulièrement votre base : supprimez les destinataires qui n’ouvrent plus vos E-mailings et ceux qui les classent comme indésirables.

  1. Demander trop d’informations à l’inscription

En proposant sur votre site un formulaire pour s’inscrire à votre newsletter, ne demandez pas trop d’informations à saisir. Les internautes détestent les formulaires interminables. La seule donnée obligatoire est l’email, tout le reste est optionnel. Vous pouvez aussi demander le prénom et le nom pour personnaliser vos envois, par exemple, mais n’excédez pas ces trois champs de saisie.

  1. Utiliser une adresse expéditrice gratuite

L’utilisation d’adresse générique de type @gmail.com, @hotmail.fr ou autre est fortement proscrit pour l’E-mailing. Ce sont souvent les spammeurs qui y ont recours. Utilisez votre propre nom de domaine avec une adresse @ entreprise.com qui facilitera votre identification. Cela fera beaucoup plus solennel et la délivrabilité de vos messages sera bien meilleure.

  1. Envoyer trop ou pas assez d’E-mailings

La fréquence de vos envois est très importante. Il ne faut pas harceler les destinataires avec des e-mails quotidiens (à moins qu’ils le demandent expressément). Mais il ne faut pas non plus trop espacer les envois, au risque que vos destinataires vous oublient. La fréquence dépend aussi beaucoup de votre marché. Si votre liste est constituée de « prospects chauds » qui sont en phase de recherche avant achat, vous avez tout intérêt à communiquer rapidement et à intervalles courts. Le mieux est encore de prévenir de la fréquence d’envoi dès l’inscription.

  1. Ne pas préparer ses campagnes d’E-mailing

Pour que votre email marketing soit efficace, vous devez le soigner. Ne le préparez pas au dernier moment. Vous devez prendre du temps pour décider du contenu, du graphisme et pour tester. Enfin, faites attention à bien choisir l’objet en vous mettant à la place de vos clients et évitez les fautes d’orthographe. Faites relire vos messages par d’autres personnes. De nos jours, trop d’entreprises prospectent, avec le même contenu, plusieurs fois le même destinataire. Cela mène à des plaintes et par conséquent nuit à la délivrabilité.

Travaillez l’objet du message. Il doit être explicite et incitatif, c’est le premier élément visible pas le destinataire. Diversifiez les contenus et planifiez des envois pour qu’ils soient réguliers et cohérents.

  1. Ne pas appeler à l’action

Si votre E-mailing n’est pas purement informatif, il est crucial de guider vos destinataires vers la prochaine étape. Quel que soit l’objectif de vos envois, vous devez inviter vos destinataires à cliquer, à se renseigner ou à acheter. Utilisez des boutons clignotants, des accroches, des verbes d’action et n’oubliez pas les liens. Placez vos appels à l’action dans la partie haute du message pour qu’ils soient bien visibles. Il faut éviter les longs discours et se concentrer sur l’essentiel tout en faisant en sorte que les destinataires comprennent ce qu’on attend d’eux.

  1. Ne pas tester avant envoi

L’un des enjeux de l’email marketing est l’affichage des campagnes sur les principales messageries. En effet, selon sa conception, l’E-mailing peut apparaître différemment sur les messageries. Pour ce faire, il est essentiel de tester vos campagnes avant de les envoyer à tous vos destinataires. Cela aide à vous assurer que le message sera lisible par le plus grand nombre. C’est aussi un bon moyen de vérifier que vos messages ne sont pas assimilés à des spams.

  1. Ne pas utiliser une solution d’envoi professionnelle pour votre E-mailing

Parfois on cède à la tentation d’utiliser le serveur d’envoi SMTP (Simple Mail Transfer Protocol) offert par son fournisseur d’accès à Internet, ou même de louer un serveur SMTP à moindre frais pour effectuer ses envois. Pourtant c’est le meilleur moyen pour que vos messages n’arrivent jamais dans les boîtes de réception. En effet, quand on fait de l’E-mailing de masse, il vaut mieux faire confiance à un service professionnel de routage car :

  • vous bénéficiez des normes techniques d’authentification pour indiquer l’identité de l’expéditeur, pour optimiser la délivrabilité de vos campagnes ;
  • vous n’avez pas à vous occuper de l’e-réputation des serveurs d’envoi ;
  • les adresses IP des serveurs d’envoi seront reconnues pour l’envoi de campagnes d’email marketing.
  1. Constituer son message uniquement avec des images

Beaucoup d’entreprises font réaliser des messages par des prestataires qui ne connaissent pas les particularités de ce canal. Et même quand elles réalisent elles-mêmes les créations, on se retrouve avec des messages qui sont constitués uniquement d’images sans aucun texte en HTML. Cela a une incidence directe sur les filtres anti spams qui, généralement, vont les considère directement comme des messages indésirable, car caractéristique de la pub et du spam.

Faites en sorte que votre message contienne suffisamment de texte HTML pour être compréhensible sans images. La plupart des messageries bloquent le chargement des images par défaut de même que sur les tablettes et smartphones qui ne sont pas optimiser pour ce genre de mail. Si votre message est illisible, parce qu’il ne contient que des images, il est probable que vos abonnés ne s’y intéressent pas.

  1. Ignorer les statistiques

« Sarbacane » est un logiciel professionnel permettant de mesurer l’impact de vos E-mailings. Vous devez consulter ces statistiques après chaque campagne et les comparer avec les précédentes afin de comprendre le comportement de vos destinataires. Pourquoi cet E-mailing a-t-il été davantage ouvert que les autres ? Pourquoi ai-je plus de désabonnements ici ?

e-mailing

Cliché – Morguefiles

Force d’impact de l’E-mailing

Laissez-moi vous expliquer rapidement pourquoi il est important de faire de l’E-mailing.

  • Très facile à commencer

En quelques heures, vous pouvez envoyer votre première campagne, si vous disposez déjà d’une liste d’emails. Pour cela, il vous faut juste un logiciel E-mailing. Ce logiciel est le socle qui va vous permettre de gérer votre liste de destinataires et vos envois.

  • C’est très économique

L’E-mailing a l’avantage d’être accessible aux budgets modestes. Pour quelques dizaines d’euros par mois, vous pouvez vous offrir une solution fiable. Le prix variera selon vos besoins, mais c’est très bon marché. Le marketing par courrier postal par rapport à l’E-mailing, c’est le jour et la nuit. Pas de frais d’impression, pas d’affranchissement, pas de papier ni d’enveloppe qui perdent des heures à emballer.

  • Les résultats sont immédiats

Une fois que vous avez choisi vos destinataires, que votre email est prêt, vous envoyez votre campagne. Elle arrive en quelques minutes dans les boîtes email de vos destinataires. Vous pouvez ainsi obtenir des résultats immédiats. Si vous avez envoyé une promotion pour votre activité e-commerce, les commandes peuvent arriver rapidement après l’envoi.

  • Tout est mesurable

Avec l’E-mailing, vous savez précisément qui a ouvert, qui a cliqué, ou encore qui s’est désabonné. Les statistiques que nous offre l’E-mailing sont très intéressantes pour tester différentes communications ou différentes stratégies.

  • Un outil puissant pour augmenter le trafic de son site Web et améliorer son E-réputation

Si vous vous intéressez à l’E-mailing, il y aussi indispensables d’avoir un site Web. Et le défi à relever est d’obtenir plus de visites. Car un site sans visites n’a pas de raison d’être. Et avoir plus de visites signifie souvent plus d’opportunités, plus de business. L’E-mailing sert principalement à mener vos destinataires vers votre site grâce aux liens que vous mettez dans vos messages.

  • Votre marque et votre notoriété sont renforcées

Communiquer régulièrement avec vos destinataires permet d’affermir le fait que vous existez, que vous vendez tel ou tel produit, que vous offrez tel service. L’E-mailing produit le même effet que l’affichage de publicité ; il augmente votre notoriété. Mais on peut aller beaucoup plus loin dans l’interaction qu’avec un simple panneau publicitaire.

  • Vous pouvez fidéliser vos clients et gagner de nouveaux

Avec l’E-mailing, vous devriez fidéliser davantage votre clientèle. Et des clients fidèles, c’est plus de ventes, une grande satisfaction, et un bouche-à-oreille bénéfique.

Vous pouvez collecter des adresses email de prospects et les transformer ensuite en clients.

Les étapes d’une campagne d’E-mailing

  1. Déterminer la cible

La réussite d’une campagne dépend beaucoup de l’attente qu’ont vos destinataires par rapport à vos messages.

Exemple : un couple avec deux enfants sera plus enclin à répondre à une offre concernant l’achat d’une villa qu’un célibataire de 20 ans qui opterai pour un appartement.
On peut, par exemple, déterminer sa cible en exploitant : l’historique d’achat ; les données personnelles (âge, ville de résidence…).

  1. Définir une offre attrayante

Une bonne offre est un savant mélange de positionnement qualité- prix par rapport à la cible et aux concurrents. Mais pour être vraiment efficace, l’offre doit être stimulante.

On distingue huit grandes catégories d’offres en E-mailing :

  • les offres liées au paiement (garantie de remboursement, crédit gratuit) ;
  • les offres de cadeaux gratuits ;
  • les offres de réduction (remise par quantité, remise première commande) ;
  • les offres d’échantillons ou d’essai (évaluation) ; •ɐ les offres limitées dans le temps ;
  • les offres « gratuites » (catalogue gratuit, devis gratuit, livraison gratuite…) ;
  • les offres de jeux (tirage au sort…) ;
  • les offres de cross-selling (produits complémentaires, extensions…).
  1. Optimiser le message de votre E-mailing

La manière dont vous présentez cette offre va influer significativement sur la décision de vos destinataires. Le message doit :

  • capter l’attention de votre destinataire (piquer sa curiosité) ;
  • dire en quelques mots comment le destinataire peut économiser, gagner ou accomplir grâce à votre produit/service ;
  • montrer à votre destinataire comment il va éviter, réduire ou éliminer des risques, des soucis, des pertes, des erreurs, des choses négatives ;
  • l’inciter à en savoir plus sur votre produit/service.
  1. Envoyer l’email au moment le plus opportun

Le moment où l’on décide d’envoyer sa campagne est cruciale. On distingue plusieurs grandes catégories :

  • les campagnes liées au contexte général, Noël, Saint-Valentin, impôts, actualités…
  • les campagnes liées aux données de profil, anniversaire, fin d’abonnement à un magazine…
  • les campagnes liées aux comportements, proposition d’un produit complémentaire à un achat récent, relance à la suite de l’abandon de panier…

L’analyse et le suivi du retour campagne d’E-mailing

La question que l’on peut se poser est de savoir pourquoi il faut faire un suivi de la campagne d’E-mailing. Trois raisons :

  • la mesure sert notamment en cas d’échec. Si une action marketing rate, on va vous demander, ou vous allez vous demander, les causes de cet échec. Mesurer c’est anticiper,
  • la mesure sert en cas de situation concurrentielle délicate. Elle peut devenir un atout ou au contraire une faiblesse. Mesurer est une arme,
  • la mesure ne sert pas que la performance qui est souvent observée in fine par les ventes ou les inscriptions. La mesure sert à comprendre et analyser les attentes de vos cibles. La mesure est une source d’inspiration.

Pour mesurer l’efficacité d’une campagne d’E-mailing, vous dispose de plusieurs méthodes :

1. Un outil d’analyse du trafic Web comme Google Analytic. Après ouverture de votre compte (gratuit), vous disposerez d’un code à insérer sur vos pages Web. Ce code inséré, vous accéderez à une masse impressionnante d’informations dans laquelle vous irez puiser en fonction de vos besoins.

2. Les statistiques fournies par votre logiciel de routage d’E-mailing et

3. Des indicateurs de performances pour l’E-mailing.

  • Connexion avec Google Analytics

Google Analytics est un outil gratuit qui vous permet d’analyser les sources de trafic sur votre site, les pages visitées, et vous donne des informations sur vos visiteurs (pays, navigateurs utilisés…). C’est une solution complète qui a été adoptée par un grand nombre de sites Web, des plus petits aux plus visités.
Vous pouvez facilement suivre le parcours de vos visiteurs à partir des envois que vous effectuez. Si votre solution d’E-mailing n’offre pas cette fonctionnalité intégrée, vous pouvez tout de même mettre en place le suivi sur Google Analytics.

  • Le taux d’ouverture en E-mailing

C’est l’indicateur le plus populaire. Il s’agit de savoir si vous avez réussi à attirer l’attention pour provoquer l’ouverture de votre message. Le taux d’ouverture est le résultat du nombre de personnes ayant ouvert le message sur le nombre d’emails envoyés.
Voici les indicateurs de référence sur lesquels vous pouvez vous appuyer pour apprécier vos taux d’ouverture. Bas : moins de 10% Moyen : entre 10 et 20%, Haut : plus de 20%.
Certains parviennent à obtenir des taux d’ouverture exceptionnels de plus de 50 %. On trouve parfois également la notion de « taux d’ouvreurs ». Il s’agit simplement de ne pas prendre en compte toutes les ouvertures, mais seulement les ouvreurs (le nombre de personnes ont ouvert le message au moins une fois, peu importe qu’elles l’aient ouvert cinq fois).

  • Le taux de clics en E-mailing

C’est le résultat du nombre de clics générés par l’envoi sur le nombre de messages envoyés. Le taux de clics mesure l’efficacité de votre message. Si votre message incite clairement au clic par des appels à l’action forts et facilement identifiables, vous devriez logiquement avoir un taux de clics satisfaisant.
Voici les indicateurs de référence sur lesquels vous pouvez vous appuyer pour apprécier vos taux de clics. Bas : moins de 3% Moyen : entre 3 et 7%, Haut : plus de 7%.
Il existe aussi le « taux de cliqueurs », qui mesure le nombre de personnes qui ont cliqué au moins une fois, et non la somme des clics.

  • Le taux de réactivité en E-mailing

C’est le résultat du nombre de clics sur le nombre d’ouvertures. Cet indicateur est intéressant car il permet de mesurer la réaction de vos destinataires après l’ouverture du message. Cela permet notamment de voir si l’objet est en adéquation avec le message lui-même.
Pour apprécier vos taux de réactivité voici les indicateurs de référence sur lesquels vous pouvez vous appuyer. Bas : moins de 10% Moyen : entre 10 et 20%, Haut : plus de 20%.

  • Le taux de désabonnement en E-mailing

Voilà un indicateur essentiel. C’est le résultat du nombre de désabonnements effectifs sur le nombre d’envois. Au fil des campagnes, le taux de désabonnement devrait logiquement baisser car, à chaque envoi, vous n’avez plus ceux qui se sont précédemment désabonnés. Ici, contrairement aux indicateurs précédents, on va chercher à avoir le taux le plus bas possible.
Quelques indicateurs de référence sur lesquels vous pouvez vous appuyer pour apprécier vos taux de désabonnement. Bas : moins de 0,2% Moyen : entre 0,2 et 1%, Haut : plus de 1%.

  • Le taux de plainte en E-mailing

Les plaintes sont issues des destinataires cliquant sur le bouton : « Ceci est un spam » au sein des Webmails Yahoo, Outlook.com (Hotmail) et AOL. Ces trois Webmails donnent la possibilité de remonter les emails des personnes qui se plaignent de façon à les supprimer des listes. Le taux de plainte n’a de sens qu’en B to C et sera le résultat du nombre de plaintes sur le nombre d’envois. Plus le taux de plaintes est élevé, moins votre délivrabilité sera bonne.
Des indicateurs de référence sur lesquels vous pouvez vous appuyer pour apprécier vos taux de plainte. Bas : moins de 0,05% Moyen : entre 0,05 et 0,1%, Haut : plus de 0,1%.

  • Le taux de NPAI (N’habite pas à l’adresse indiquée) en E-mailing

Les NPAI sont les emails inexistants qui reviennent en erreur après un envoi. Le taux de NPAI sera le résultat du nombre d’emails NPAI sur le nombre d’emails envoyés. Un nombre important de NPAI dans une liste nuit à la délivrabilité. Il faut absolument les supprimer dès qu’ils sont détectés. Logiquement, un taux de NPAI devrait baisser au fur et à mesure des envois.

Voici les indicateurs de référence sur lesquels vous pouvez vous appuyer pour apprécier vos taux de NPAI. Bas : moins de 5% Moyen : entre 5et 10%, Haut : plus de 10%.

  • Le taux de conversion en E-mailing

Les campagnes d’email marketing direct ont pour but de générer une « réponse » mesurable à la sollicitation. Le taux de conversion représente le nombre d’actions que vous considérez comme un objectif (ventes, demandes de devis, demandes de rendez-vous, rappels immédiats…) sur le nombre de clics. C’est ce qui va guider votre stratégie d’email marketing.

  • Le taux de transformation en E-mailing

Le taux de transformation indique, par rapport à une population ciblée ceux qui ont « transformé », par exemple ceux qui sont devenus client, qui ont effectué un acte d’achat, ou se sont inscrits dans un formulaire. Techniquement, ce taux est mesuré quand le contact arrive sur une page spécifique à l’intérieur de laquelle un code aura été inséré. Accéder à cette page indique que la transformation a eu lieu : il s’agit habituellement de la page de confirmation de panier ou de remerciement suite à la saisie d’un formulaire. Les fournisseurs de routages d’E-mailing fournissent en général des codes de suivis. Vous pouvez aussi suivre cette transformation de manière globale et au niveau d’un logiciel d’analyse du trafic Web.

En somme, il s’agit de vendre un produit ou des services, auprès de cibles de clients potentiels, via des campagnes de conquête clients avec un message, un support électronique ou un média papier, de manière à engendrer des réponses et des non-réponses.

Contact / Devis / Information

Services SEO Webmastering

Un site internet comprend un ensemble de documents adapté pour le web (au format HTML par exemple, GIF et JPEG pour les images) qu’il faut gérer pour que d’autres personnes puissent y avoir accès depuis leur ordinateur via une connexion internet. Les services seo webmastering englobent tout ce qui a attrait à l’administration du site afin de générer le plus de trafic possible comme sur une plateforme dédiée à la plv dynamique.

  • En quoi consiste le webmastering ?
  • Quelles sont les missions d’un webmaster ?
  • Les outils nécessaires pour gérer un site de façon adéquate ?
  • Le rôle du webmaster se limite-t-il à la création et la gestion du site ?
  • les qualités d’un bon webmaster ?

Le webmastering

Le webmastering comprend l’ensemble de techniques pour gérer et maintenir un site web. C’est l’art d’administrer le site web. Il inclut donc une liste de tâches à effectuer comme l’ajout et/ou la modification de contenu dans le cadre de la mise à jour du site. L’analyse des statistiques de visite et le suivi du positionnement du site dans les moteurs de recherches sont en autres d’autres techniques de gestion. Le nombre de visite sur le site est une donnée cruciale dans la mesure où le chiffre d’affaire des sites E-commerce en est tributaire.

Le webmastering n’est pas que la gestion du site, il faut aussi assurer sa pérennité. En dépit d’un site avec un contenu de qualité il faut également assurer sa maintenance. Il faut donc optimiser le site pour les moteurs de recherches pour qu’il soit visible aux internautes. En d’autres termes le webmastering regroupe aussi l’animation du site, le référencement à travers le choix des mots clés, l’intégration des liens, la révision des stratégies web avec la sortie d’une nouvelle technologie du web.
En somme le webmastering consistera donc à générer un maximum de trafic sur le site web. Toutes ces tâches sont prises en charge par le webmaster, acteur principal du webmastering.

La prestation de webmaster

Le webmaster ou webmestre fait naître et vivre un site. Suite à la définition de l’architecture, les rubriques et la mise en place du website, il veille à son fonctionnement et à sa mise à jour. Il gère les relations avec des graphistes, des webdesigners, des développeurs et des hébergeurs autres acteurs des métiers de l’informatique.

Les principales missions du webmestre sont les suivantes :

  • Participer à la conception du site ;
  • Gérer des interfaces graphiques visuelles multimédia ;
  • Gérer le contenu éditorial à travers le webmastering ;
  • Réaliser l’intégration des éléments multimédia ;
  • Animer le site et faire son suivi ;
  • Améliorer le référencement du site ,
  • Gérer la mise à jour et l’archivage.

Homme à tout faire, le webmaster est très recherché dans les PME. Il doit disposer de nombreuses compétences en rédaction web, développement html, intégration de contenu, référencement et animation éditoriale. Cependant les professionnels informatiques aux missions plus spécialisées comme les infographistes, community managers et même les rédacteurs web commencent à lui faire de l’ombre dans les petites structures.

Pour construire un site web, le webmaster passe par ces différentes étapes :

  • Définition de l’architecture du site et de son arborescence ;
  • Participation à l’élaboration de la charte graphique ;
  • Conception des rubriques et définition de leur contenu ;
  • Gestion du nom de domaine et du référencement du site.

Services seo webmastering

© senoldo – Fotolia.com

Services seo webmastering : la gestion du site

Dans son rôle de gestionnaire, le webmaster collecte auprès de ses fournisseurs de l’information puis rédige des contenus qu’il utilise pour renouveler le contenu site. En tant que manager, il doit motiver ses contributeurs pour qu’ils enquêtent avec détermination afin que leur investigation soit unique.
Le webmaster doit également faire la mise à jour régulière du website puis animer le site en interagissant avec les usagers du site : réponse aux mails, animations de chats, de forums.
Dans ces échanges avec les internautes, le webmaster doit évaluer la qualité des contenus du site à travers des enquêtes de satisfaction qu’il soumet au public. Ensuite il fait analyser les statistiques afin d’élaborer un suivi du trafic et la fréquence des accès sur le site.

Services seo webmastering supervise aussi l’administration et la maintenance du site lorsqu’il est confié à un prestataire de service informatique. Enfin il doit veiller sur les outils et matériels afin de développer de nouvelles fonctionnalités dans un processus d’innovation.

Services seo webmastering : assistance client

Dans sa relation avec la clientèle, les services seo webmastering doivent avoir les qualités suivantes : aimer le contact, être disponible et efficace.

Services seo webmastering : le rôle du webmestre anime régulièrement une équipe et communique. D’abord en interne, puisqu’il centralise des informations issues de différents services. Il gère les relations avec des graphistes, des webdesigners, des développeurs et des hébergeurs. Puis à l’extérieur, puisqu’il s’enquiert, en permanence, des réactions des internautes qui visitent le site pour l’ajuster au mieux. C’est une personne de contact.

Pour respecter les délais client, suivre l’actualité au plus près et pallier les imprévus, ses horaires sont parfois étendus et décalés. En cas de dysfonctionnement, il doit se montrer disponible et efficace dans les secondes qui suivent.

Le webmestre fait vivre un site Internet ou Intranet. Cette fonction recouvre des réalités diverses. Selon les cas, elle sera éditoriale pour une mise à jour quotidienne du site, technique et même commercial.

Webmastering : gestion quotidienne du site, Gestion technique et Gestion commerciale

Jour après jour, le webmestre assure la viabilité de son site. Il facilite la navigation en rendant les informations toujours plus accessibles, il anime les forums et les chats, il alimente et met à jour les contenus, renouvelle sans cesse la présentation graphique pour une meilleur attractivité mais aussi pour assurer l’augmentation de l’audimat.
La maintenance du site peut aussi relever de ses fonctions : à lui d’intervenir rapidement en cas de « bug ».

Lorsqu’il enfile le costume de gestionnaire technique, le webmaster devient chef de projet web, webmanager, administrateur de site web, responsable de site. Pour obtenir les résultats escomptés au niveau des textes, des images et des sons, le webmestre traduit les différentes données en langage spécialisé (XML). Celui-ci lui permet d’ouvrir des accès à l’information par arborescence et de relier les pages créées à des bases de données. Il se charge ensuite du référencement du site (mots-clés pour obtenir l’adresse du site lors d’une recherche à partir d’un moteur de recherche).
Il doit donc avoir connaissance des systèmes informatiques : systèmes d’exploitation et des réseaux, langages de programmation (PHP, JavaScript, Flash, HTML, XML). Maitriser l’utilisation des standards et des technologies d’Internet : logiciels de publication sur le web (Blogs, CMS, Adobe Muse et Dreamweaver CC), moteurs de recherche, outils de référencement, outils de statistiques de fréquentation et de gestion du trafic.

Le métier de webmaster diffère selon la mission de son employeur. Un webmestre peut animer le site aux niveaux rédactionnel et éditorial, tandis qu’un autre gère le côté technique et/ou graphique. Un autre encore peut exercer ces deux fonctions en plus de superviser les aspects commerciaux et marketing. Il doit donc être polyvalent si besoin est.
Avec les services seo webmastering coordination de toutes les compétences nécessaires au bon fonctionnement du site, en gardant un œil sur le budget et les délais.

Contact / Devis / Information

Services SEO – Référencement naturel

Le référencement (ou SEO pour Search Engine Optimization) existe depuis que le Web et les moteurs de recherche existent. Référencer sur internet c’est figurer dans l’index d’un moteur de recherche. Il sert à développer le trafic d’un site afin de faire figurer à la meilleure position possible dans les résultats naturels des moteurs de recherche des pages du site pour une requête donnée ; en d’autres termes augmenter notre visibilité. Faire du SEO naturel c’est s’engager à respecter les directives des moteurs de recherches en terme de référencement naturel.

Quelles sont ces directives, les outils à votre disposition pour une prestation de référencement naturel ? Peut-on dire que le référencement naturel à une fin ?

Plan de l’article :

 

Définition du référencement naturel

Référencement naturel est l’inclusion ou indexation d’un site dans la base de données d’un moteur de recherche. Un site référencé est donc un site seulement présent dans l’index du moteur. Le positionnement c’est l’ensemble des actions qui sont destinées à faire apparaître les pages d’un site dans les premières pages des résultats d’un moteur de recherche, sur des requêtes spécifiques. Positionner un site, c’est le rendre visible dans les moteurs de recherche. Le positionnement n’est pas un but en soi. La finalité du référencement naturel c’est l’augmentation de sa visibilité et l’acquisition de trafic de qualité.

Le référencement naturel est donc indispensable. Il se fait :

  • Lors de la conception et de la création d’un site Web
  • Sur un site déjà existant s’il n’a pas été optimisé lors de sa création
  • A partir des objectifs du site et de sa cible

référencement naturel

© momius – Fotolia.com

Les outils du référenceur

  • Google Trends, Google Insights, Générateur de mots clés Google

Des outils comme le générateur de mots clés et Google Trends permettent d’affiner une stratégie de mots clés en évitant les erreurs de débutant. La définition de mots clés est une des étapes du référencement naturel. Définir des mots clés qui sont certes propre à votre jargon ou secteur d’activité et qui ne sont pas connu des internautes pourrait rendre votre site invisible.

Afin de vous aider, un outil proposé par Google vous permet de comparer différents termes et de consulter leur volume de recherches associées. Il est donc possible de déterminer les mots et expressions les plus utilisés par les internautes sur les moteurs de recherche et ainsi de mieux cerner les termes utilisés par vos cibles pour votre référencement naturel.

Le générateur de mots clés de Google permet en outre de trouver des expressions synonymes ou des mots appartenant à une même thématique, en adéquation avec le contenu des pages de votre site.

Google Trends (ou Google Insights) permet de constater l’évolution des recherches effectuées sur la base d’un mot ou d’une expression particulière. Les activités saisonnières existent aussi sur Internet, par exemple la vente de jouet à Noël, il est important d’en tenir compte au risque de voir le trafic généré sur votre site s’écrouler entre périodes creuses et périodes prospères.

Google Webmaster Tools (GWT) est un ensemble d’outils proposés afin d’aider les webmasters à corriger certaines erreurs sur le site ou à modifier quelques paramètres d’exploration d’un site par les robots d’indexation de Google. Parmi les principales fonctionnalités proposées par GWT:

  • Déclarer et gérer des sites;
  • Déclarer et gérer des fichiers SiteMaps;
  • Gérer l’affichage de son site et de ses liens secondaires sur Google;
  • Déclarer un changement d’URL pour un site;
  • Reconnaître les mots clés les plus représentatifs sur votre site pour le référencement naturel, ses liens internes, ses liens externes;
  • Vérifier la présence de virus et de logiciels malveillants sur un site;
  • Relever les erreurs d’exploration rencontrées par Google;
  • Contrôler le temps de chargement moyen constaté sur les pages d’un site;
  • Visionner les statistiques relatives à l’utilisation de Google+ depuis votre site (utilisation du bouton «+ 1»).

Ces outils gratuits permettent donc de hiérarchiser votre liste de mots clés par importance, et d’aviver le travail de référencement naturel sur les mots véritablement générateurs de trafic aussi bien quantitativement que qualitativement. Dès lors que vous disposez d’une liste de mots et d’expressions à fort potentiel, le travail d’optimisation peut commencer.

En 2012, le service Site Explorer de Yahoo fermait. Cependant il proposait aux webmasters de vérifier le nombre de liens externes et internes pointant vers un site ou une page spécifique. Mais depuis des alternatives à cet outil ont vu le jour comme le web service Open Site Explorer. Il s’agit outils qui font partie des indispensables de la boîte à outils du référenceur. Entre autres, ils permettent de mesurer la force d’un concurrent au travers du nombre de liens externes qui pointent vers son site, mais aussi de «suivre» d’autres webmasters et de récupérer leur méthodologie de travail en référencement naturel

  • Le WEB SOCIAL (SMO, SMM ET Community Management)

À l’ère du Web social et de la lutte de Google contre le spam et des contenus non qualitatifs avec Panda ; acquérir de la visibilité pour un site Web relève désormais du challenge: attirer, séduire et fidéliser l’internaute requiert du temps, des compétences et une véritable veille marketing à mettre en place pour anticiper les évolutions majeures des facteurs qui influencent la visibilité des sites, des marques et des produits sur la toile.

L’explosion ces dernières années des réseaux sociaux, la communication sociale 2.0, a entraîné de nouveaux comportements et de nouvelles habitudes chez l’internaute. Désormais, il n’est plus restreint à un simple rôle de spectateur passif. Le Web 2.0 lui a conféré un nouveau rôle: l’internaute est devenu en l’espace de quelques années un acteur de premier ordre du référencement naturel qui contribue à bâtir le futur de l’Internet au travers de la «recommandation» et du porte-voix que lui confèrent les outils participatifs du Web 2.0. C’est ainsi que SMO Social Media Optimization, une récente discipline du webmarketing porte sur les nouvelles possibilités de visibilité et de référencement naturel offertes par les réseaux sociaux du Web 2.0 à l’instar de Facebook, Twitter, YouTube, Dailymotion ou autre a vu le jour. L’optimisation pour les médias sociaux repose sur l’utilisation massive de sites Web dotés d’environnement communautaire et participatif. Comme pour le référencement naturel, la SMO englobe deux stratégies d’optimisation distinctes : SMO on-site et SMO off-site. Ces techniques sont encore nouvelles et ne sont pas aussi bien codifiés et définies que celles relatives à la SEO. La SMO on-site désigne un ensemble d’optimisations possibles à réaliser au travers de son site Internet pour son référencement naturel. Il s’agit la plupart du temps de la mise en place d’outils et de fonctions communicantes entre le site et un réseau social donné tandis que la SMO off-site désigne un ensemble d’optimisations possibles à réaliser sans modifier «le site». Il s’agit la plupart du temps d’actions pouvant se dérouler directement sur un réseau social donné, ou plus exactement dans la collaboration de diverses plateformes sociales 2.0.

référencement naturel

© chany167 – Fotolia.com

Afin de populariser un site, un blog ou une page Internet, la SMO on-site apporte des solutions simples et à la portée de tous. Des « plugins » permettant d’afficher des boutons de partage, de vote ou de recommandation sont mis à disposition par les réseaux sociaux s’intègrent facilement aux pages d’un site, leur apportant une nouvelle fonctionnalité qui se révèle être l’un des piliers de la SMO on-site.
Les boutons et plugins de partage permettent aux internautes membres de réseaux sociaux de faire savoir à leur cercle de connaissances qu’ils apprécient une page ou qu’ils souhaitent faire partager une information particulière.
Voici une liste de principaux plugins qu’on peut intégrer à son site : sur Facebook le Like Button, Send Button, Comments, Recommandations ; sur Twitter le Tweet Button, Follow Button ainsi que le Button « +1 » de Google+.

La SMO off-site quant à elle exploite les réseaux sociaux juste pour générer du trafic vers un site ou améliorer la popularité d’une marque ou d’une entreprise. Bien qu’une stratégie de SMO off-site puisse aussi améliorer le référencement naturel d’un site, les outils qui lui sont propres ainsi que son but ultime distinguent nettement la SMO off-site de la SMO on-site.

La SMO off-site s’appuie essentiellement sur des techniques de diffusion d’un message à grande échelle au travers des réseaux sociaux. La technique la plus répandue est sans doute la diffusion de flux RSS sur les réseaux sociaux. Il est en effet possible de brancher le flux d’actualité d’un site à son profil Twitter ou encore à une page Facebook. Automatiquement l’actualité du site, de la marque ou de l’entreprise sera donc diffusée sans intervention humaine et au gré du rythme des publications qui a lieu sur le site source. À ce titre, les Followers Twitter, les membres d’une page Facebook ou un réseau de connaissances pourront régulièrement être avertis des «nouveautés» véhiculées par le flux.

La méthode de référencement naturel

La méthodologie a adopté est toute simple et se résume en ces quelques étapes :

  1. Choix des mots-clés pour son référencement naturel.
  2. Choix des moteurs et éventuellement des annuaires à prendre en compte.
  3. Création ou modification des pages du site en fonction de ces mots-clés et des critères de pertinence des moteurs pour son référencement naturel.
  4. Prise en compte des pages par les moteurs à l’aide de liens savamment créés et vérification de la présence des pages dans les index des moteurs de recherche.
  5. Vérification du positionnement et/ou du trafic engendré par les outils de recherche par le référencement naturel.
  6. Suivi de ces phases de positionnement/trafic et corrections éventuelles pour obtenir de meilleurs résultats.

Arrêtons-nous sur quelques-unes de ces étapes

  • Choix des mots-clés.

Pour mettre en place une stratégie de référencement naturel, la première phase consiste à choisir les « bons » mots-clés pour positionner vos pages web. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas si simple. Il s’agit d’une phase cruciale pour votre référencement : choisir des mots-clés sur lesquels un positionnement est trop complexe peut s’avérer désastreux ; tout comme le fait d’opter pour des termes qui ne sont jamais saisis par les internautes. Les mots-clés que vous allez choisir sont extrêmement importants et doivent répondre à deux notions essentielles.

Ils doivent susciter de l’intérêt le plus possible et être souvent tapés par les utilisateurs des moteurs de recherche.
La faisabilité : il doit être techniquement possible de positionner une page web dans les premiers résultats des moteurs pour ce terme dans des délais acceptables.

Avant de prendre en compte l’intérêt et la faisabilité d’un mot-clé, encore faut-il trouver ce dernier. Pour ce faire on peut se baser sur :

  • L’intuition et le référencement naturel.

Certains mots-clés peuvent vous venir automatiquement à l’esprit lorsque vous pensez à votre activité. Notez-les précieusement. Toutefois rien ne dit que les mots-clés que vous imaginez seront obligatoirement ceux utilisés par les internautes lorsqu’ils chercheront un site tel que le vôtre. Votre vision, parfois très interne et personnelle, de votre métier et de votre entreprise, peut être différemment perçue par un autre internaute ou un prospect.

  • Les bases de données et le référencement naturel.

Il existe des bases de données de mots-clés pour référencement naturel comme Wordtracker (http://www.wordtracker.com/) ou Keyword Discovery (http://www.keyworddisco- very.com/) qui peuvent vous aider à identifier les termes les plus intéressants. D’autres outils de recherche proposent également en ligne un palmarès des termes les plus souvent demandés, comme les « Hot Trends » de Google (http://www.google.com/trends/hottrends). Cependant, ces dernières listes ne vous aideront pas vraiment puisqu’elles ne proposent qu’une suite limitée de termes très souvent demandés. Il y a peu de chances que vous y trouviez votre bonheur. En revanche, Wordtracker ou Keyword Discovery sont plus complets, mais payants et assez souvent limités en ce qui concerne les mots-clés en français. Voici une autre liste:

  • SEO Book _ http://tools.seobook.com/keyword-tools/seobook/
  • Search Combination Tool  :http://www.internetmarketingninjas.com/search/
  • Good Keywords (logiciel) : http://www.goodkeywords.com/
  • TheFreeDictionnary : http://www.thefreedictionary.com/
  • WebRankInfo : http://www.webrankinfo.com/outils/semantique.php; http://www.webrankinfo.com/outils/expressions.php
  • Dictionnaire de synonymes : http://www.crisco.unicaen.fr/des/
  • Les générateurs de mots clés.
  • Les modules d’auto-complétion.

Une autre famille d’outils regroupe ceux qui proposent, lors d’une saisie dans un formulaire de recherche, des expressions connexes à la volée (l’auto-complétion). Il existe un grand nombre de ces outils, tels que :

Google Suggest, sur la page d’accueil du moteur

  1. http://www.google.fr/
  2. KwMap – http://www.kwmap.com/
  • Les sondages internes ou externes.

Au lieu de vous basez uniquement sur votre intuition, vous pouvez demander à des connaissances, des amis ou des collègues de bureau quels sont les termes qui leur viendraient à l’esprit pour rechercher vôtre activité ou vôtre produit sur le Web.

  • Les résultats sur les moteurs de recherche.

Tapez un certain nombre de mots-clés concernant votre activité sur des outils comme Google, Bing ou Yahoo! Regardez les résultats proposés par le moteur. Ils contiennent certainement des termes auxquels vous n’aviez pas pensé au départ pour votre référencement naturel.

  • Les Related Searches.

Sur des outils de recherche comme Google, Exalead ou Yahoo!, le moteur propose, dans ses pages de résultats, des Related Searches. Ce sont des suites de deux ou trois termes contenant ou non le mot demandé au départ. Ces expressions sont issues de bases de données statistiques sur les mots-clés, les plus demandés par les internautes par le passé.

  • L’audit de la concurrence et son référencement naturel.

Rien ne vous empêche de consulter s’ils en ont les balises méta keywords de vos sites concurrents. Ils vous serviront dans le cadre de votre stratégie de référencement naturel.

  • Pensez aux fautes d’orthographe et aux fautes de frappe sur votre nom ou vos mots- clés essentiels. Cela peut entraîner un trafic important. Remerciez Google Suggest qui permet cela.
  • Sur quels moteurs et annuaires faut-il se référencer ?

Dans les paragraphes qui précèdent, nous avons vu comment fonctionnent les moteurs et annuaires. Cependant, savez-vous sur quels outils vous allez devoir être référencé et positionné ? Cette donnée est également importante car il ne sera pas question de perdre du temps à tenter d’apparaître de façon optimale sur un annuaire ou un moteur qui ne ramène aucun trafic. Voyons dans un premier temps ce qu’il en est pour les moteurs de recherche.

Sur quels moteurs de recherche se positionner pour son référencement naturel ?

La réponse à cette question est simple : vous devez opter pour ceux qui ramèneront le plus de trafic sur votre site web. Si l’on en croit les baromètres du référencement disponibles en France, et notamment celui de AT Internet, le trafic est à plus de 99 % engendré par moins de dix outils de recherche : Google (plus de 90 % du trafic), Bing (2,5 %) et Yahoo! (1,3 %). Les autres ne dépassent pas 0,5 % de part de trafic.
Et si l’on considère que de nombreux moteurs et portails utilisent la technologie de recherche de Google, voire celle de Microsoft (Bing), le nombre de technologies de recherche sur lesquelles il va vous falloir être présent est encore plus restreint :

  • Google (Google, Neuf/Cegetel, Free, AOL.fr, Bouygues Telecom…) ;
  • Microsoft Bing (MSN.fr, Bing.com, Yahoo!).
  • Exalead (Exalead) ;
  • Voila (Voila, Wanadoo, Orange, Lemoteur.fr)

Sur quels annuaires se référencer pour votre référencement naturel ?

Pendant de nombreuses années, le référencement naturel d’un site sur un ou plusieurs annuaire(s) a été partie intégrante de la stratégie de référencement. 10 ans par le passé, le trafic « outils de recherche » était d’ailleurs divisé en deux sur un site web : la moitié venait des annuaires (et en grande partie du « Guide Web » de Yahoo!) et l’autre partie de ce trafic émanait des moteurs (en France, c’était AltaVista qui monopolisait le trafic à cette époque-là).

Une stratégie de référencement naturel  d’un site web sur les annuaires était donc tout à fait logique et efficace. Toutefois qu’en est-il aujourd’hui, à une période où Google accapare plus de 90 % du trafic « outils de recherche » en France ?

On classera en quatre catégories :

  • Les généralistes reconnus. Dans cette catégorie, on trouvera le Guide Web de Yahoo! dans sa version américaine (http://dir.yahoo.com/) (la française ayant disparu depuis 2010) ou l’Open Directory ou Dmoz (http://www.dmoz.org/). Les autres annuaires de ce type, comme le Guide de Voila, Nomade, Zeal, l’annuaire de Google ou autres ont aujourd’hui pour la plupart disparu ou ne sont plus maintenus. Il faut bien dire que seul l’Open Directory semble surnager encore et être maintenu par ses bénévoles.
  • Les généralistes peu connus. Il s’agit de tentatives de création d’annuaires généralistes qui n’ont pas connu le « succès ».
  • Les spécialistes. Il s’agit d’annuaires spécialisés dans une thématique donnée (le sport, l’e-commerce, la politique, l’écologie, etc.). Ils ne s’orientent que vers un domaine précis, mais tentent de recenser de la façon la plus exhaustive possible tous les sites les plus utiles et les plus pertinents dans cet univers.
  • Les annuaires créés pour le référencement naturel  On trouve dans cette catégorie une multitude d’annuaires, pour la plupart totalement inconnus mais qui ont été créés à des fins de référencement.
  • Quelques outils de mesure du positionnement

Il existe plusieurs logiciels et sites web permettant d’automatiser la surveillance des positionnements obtenus sur les moteurs. Voici les principaux d’entre eux, classés par ordre alphabétique (vous trouverez d’autres outils, notamment des sites web, en annexe) :

Les annuaires : les bons et les mauvais

Parmi les outils de recherche les annuaires ont longtemps eu une place appréciable car ils ont été longtemps utilisés par les internautes. Le plus connu d’entre eux a été celui de Yahoo!, dont la version française a hélas été supprimée en mars 2010. En revanche sa version anglophone est encore vivante et peut être obtenue ici : http://dir.yahoo.com/.
L’Open Directory (http://www.dmoz.org) ou Dmoz, est un autre annuaire mondialement connu, dont Google se servait pour son propre annuaire avant de l’arrêter également en 2011 (http://goo.gl/BCwc8).

Ces outils de prospection fonctionnement différemment des moteurs de recherche. En effet, la principale différence avec des moteurs tels que Google ou Yahoo! Search est qu’ils n’effectuent aucune recherche sur le contenu des documents des pages, des sites référencés. Ils proposent simplement une collection de fiches descriptives des sites qu’ils référencent. Ils présentent, dans un agencement de catégories et sous-catégories diverses, le contenu du Web au travers de sites décrits par un titre et une description de quelques mots. Des outils qui ressemblent fortement aux Pages Jaunes. La recherche s’effectue au travers de thèmes allant du plus général au plus précis, et qui fournit en dernier lieu une liste de sites représentatifs du domaine présenté.

Les annuaires sont utilisés pour trouver un site spécifique traitant d’un thème donné. Ils sont très efficaces pour trouver de l’information générale puisqu’ils décrivent les services référencés au moyen de quelques mots seulement.

Cependant il faut que la page de l’annuaire qui contiendra le lien vers votre site soit un minimum populaire. Si vous obtenez un lien depuis une page de PageRank 1 ou 2, l’impact sur votre site sera quasi nul. Mais si le lien est sur une page de PageRank 3 ou 4, et plus, cela peut devenir intéressant. Vérifiez le PageRank de plusieurs pages internes de l’annuaire, en descendant l’arborescence. Si les rubriques ont presque toutes un PageRank inférieur à 3, l’annuaire n’a que peu d’intérêt.

En tapant la requête « classement annuaires » dans Google, on trouve de nombreux classements des meilleurs annuaires du Web pour votre référencement, comme ceux de Sitti (http://goo.gl/Ysg1j), d’Every-Web (http://goo.gl/a58fa) ou d’Atypicom (http://goo.gl/Ef5Do). Ils ont le mérite d’exister et peuvent vous aider dans vos choix.

Enfin éviter certaines « fermes de liens » qui sont des annuaires pour augmenter artificiellement l’importance d’un site ou d’un groupe de sites dans les moteurs de recherche. Depuis 2009 Google affirmait qu’il appréciait peu les annuaires créés spécifiquement à des besoins de référencement naturel. En son « filtre de nettoyage » Penguin, lancé en 2012, a particulièrement ce type de sites dans le collimateur.

Le référencement naturel a-t-il une fin ?

De la même façon qu’il était incontournable d’être dans l’annuaire téléphonique quelques années auparavant, il paraît aujourd’hui incontournable d’être sur internet et d’être bien référencé. Près de 80% des recherches sur internet se font par les moteurs de recherche (Google, Yahoo, etc…) ou par les réseaux sociaux (Facebook, Twitter…). Dans le même temps parmi les 93 % des internautes utilisent des moteurs de recherche, 33% pensent qu’une société présente dans les premières pages des moteurs de recherche est leader de son marché, 3 visiteurs sur 10 ne consultent que la page d’accueil et 80% des internautes ne lisent pas les résultats au-delà de la 3ème page1. Autant de raison qui montrent la vitalité du référencement.

Même si les techniques de référencement naturel connaîtront ou non leur apogée, ils permettent actuellement de mettre en valeur le contenu de votre site par rapport à vos concurrent puis constituent un investissement à long terme.

Services SEO – réseaux sociaux : Pearltrees

Un Pearltrees est un outil de curation sur internet.

Nom du réseau, Fondateur, Age, Histoire ; Pearltrees

La curation est l’action de rechercher, de trouver, de regrouper, d’organiser et de partager les informations jugées les plus intéressantes et pertinentes sur un sujet donné. Créé par Patrice Lamothe, Francois Rocaboy, Nicolas Cynober, Alain Cohen, Samuel Tissier, Julien Wallen, le service est apparu en Décembre 2009. Le nom vient de Pearl (perle) et de Trees (arbres) à cause de l’interface qui ressemble à un arbre avec des perles. Chaque perle est une page de contenu internet (page web, dossier, utilisateur) qui organisé entre elle ressemble à un arbre.

Caractéristiques, Mode de fonctionnement

Pearltrees est un outil gratuit. Les contenus de Pearltrees peuvent être consultés sans action particulière. Par contre pour la création des arbres à perles, il faut nécessairement une inscription préalable afin d’ouvrir un compte. Les données personnelles ne sont jamais rendues publiques sauf si le membre le stipule lors de la création de son profil. Néanmoins, plus les informations sont complètes, plus il est aisé de se faire des « amis » en fonction de la localité, centres d’intérêt, etc.

Les trois fonctionnalités principales de Pearltrees sont :

  • organiser ses marque-pages sous la forme de cartes thématiques (les Pearltrees)
  • se connecter à d’autres cartes et les inclure au sein de ses propres cartes
  • faire découvrir un domaine particulier à ses contacts en partageant ses cartes

Il existe plusieurs méthodes pour créer une perle : une première depuis son compte, il est possible de créer une perle vierge et d’y associer une URL. Par ailleurs il existe une extension Pearltrees pour Firefox, Chrome et Internet Explorer permet de créer des perles d’un simple clic lors de la navigation. Par contre pour les autres navigateurs (Safari ou Opéra) un bookmarklet fonctionne sur le même principe. Enfin en synchronisant Twitter et Pearltrees, TwitterSync permet de perler automatiquement les liens contenus dans les tweets et même de perler depuis son mobile. N’oubliez pas de donner un titre significatif se rapportant au thème de votre création. Il peut être changé à tout moment. Grace aux outils d’édition il est possible de personnaliser le Pearltrees avec des descriptions personnalisées.

Pearltrees

Centre d’intérêts : Grand public, Entreprises, b2b, b2c, Photo

Il existe différents profils d’utilisateurs sur Pearltrees: le tiers des utilisateurs sont des geeks, un autre tiers des bloggeurs et le reste des jeunes, de moins 30 ans et absolument pas geeks du tout, avec une majorité de femmes. Pearltrees s’utilise pour diverses raisons :

  • L’organisation de son web : classifier, ordonner les pages web que l’on consulte
  • Le partage et la diffusion de ses pages préférées
  • Le croisement des cartes : regarder les pages préférées des autres et si possible les importer dans ses propres classement ; contribuer aux arborescences des autres et même créer des arborescences en équipe.

Rang parmi les autres acteurs réseaux sociaux

Il existe plusieurs types de curateur : scoop.it Pearltrees Paper.li Storify.com Pintersest.com Kweeper.com Filpboard.com the tweedtimes.com. Mais pour Pierre Tran le curateur idéal doit :

  • Cerner son domaine, préciser sa thématique Identifier les sources de contenus
  • Agréger avec Netvibes, Google Reader, etc. Filtrer Choisir les contenus les plus pertinents Vérifier les sources
  • Éditer (ajouter une intro, un résumé) Corriger les erreurs et retirer si nécessaire Contextualiser (mots clés, catégories) Editorialiser (perspective, son point de vue, choix) Créditer les auteurs
  • Partager (via réseaux sociaux, agrégateurs, blogs, newsletter) Organiser (classer, archiver les contenus)
  • Surveiller : analyser le temps passé, les liens cliqués, les tendances Pearltrees arrive à tirer son épingle du jeu et séduit les utilisateurs par une façon différente d’organiser des favoris : les arbres à perles qui peuvent se compléter et se lier les uns les autres.

Evolution à envisager

On pourra dorénavant trouver sur les sites des universités et écoles proposant des cours et des cursus complets en vidéo, des bases de données rassemblant plusieurs écoles ou institutions et permettant une recherche rapide pour de nombreuses ressources, les ressources encyclopédiques gratuites ou des réseaux sociaux d’échange entre chercheurs et universitaires. Ces bases de données ressembleront à des arbres regroupant l’ensemble exhaustif des connaissances et savoirs en libre accès sur internet. Ils seront utiles à des étudiants désireux d’améliorer leurs connaissances au sein de leur cursus, à des professeurs curieux d’enseignements différents des leurs ou de n’importe quel curieux d’améliorer ses connaissances dans des sujets donnés.

Pearltrees peut aider aussi à la recherche d’emploi. Vous pouvez l’utiliser pour élaborer votre bibliographie ainsi que vos compétences.

Intérêt pour le référencement

Sur Pearltrees tout est publique, les perles sont des URL ou représentent un groupe d’URL. Lorsque les crawlers de moteurs de recherche viennent dans Pearltrees, ils doivent y trouver une mine d’or en termes de contextualité. A l’image de l’utilisateur qui apprend à mieux connaitre un sujet en suivant des perles, le moteur de recherche peut en faire tout autant, afin de renforcer son savoir du Web (et de ses utilisateurs). Au fond, pour un moteur de recherche, Pearltrees n’est autre chose qu’un grand annuaire de pages Web catégorisées et interlinkées. Cela ressemble à une opportunité en or pour tout professionnel du référencement.

Contact / Devis / Information

Services SEO – réseaux sociaux : Viadeo

Viadeo est une plateforme de mise en relation d’entrepreneur fondé par Dan Serfaty et Thierry Lunati.

Nom du réseau, Fondateur, Age, Histoire

 

Voici quelques lignes de ses réalisations qui retracent son histoire :

  • Juin 2004 : Naissance de Viaduc.com
  • Juin 2006 : 1er levée de fonds de 5 millions d’Euros par Venthec, AGF et Private Equity.
  • Novembre 2006 : Lancement international de Viaduc qui devient Viadeo suivit d’ouverture de bureau à Londres, Madrid et Milan. Le site est disponible en six langues.
  • Août 2007 : 2ème levée de fonds de 5 millions d’euros auprès des anciens investisseurs.
  • Novembre 2007 : Viadeo est le partenaire exclusif de Google pour le lancement de Google Open Social.
  • Décembre 2007 : Acquisition du premier réseau professionnel Chinois Tanji.com fondé par Derek Ling en 2005.
  • Juillet 2008 : Le Groupe Viadeo acquiert ICTnet, un site communautaire espagnol orienté affaire.
  • Novembre 2008 : Ouverture de Viadeo Mexique.
  • Janvier 2009 : ApnaCircle, réseau social professionnel leader en Inde, rejoint le Groupe Viadeo.
  • Avril 2009 : 3ème tour de levée de fonds pour 5 millions d’euros.
  • Mai 2011 : Le réseau atteint les 35 million de membres puis commence son implantation en Afrique avec le Dakar, Sénégal comme point de départ.
  • Janvier 2012 : ouverture d’un bureau à Casablanca, Maroc.
  • Avril 2012 : 4ème levée de fonds de 24 million d’Euros et le site atteint 45 million de membre.
  • Janvier 2013 : Viadeo s’offre Pealk chez son conçurent LinkedIn une application une application spécialisé dans la chasse de tête.
  • Mars 2013 : le groupe Viadeo fait l’acquisition de Zaizher jeune société chinoise spécialiste des applications mobiles pour réseaux sociaux.

viadeo

Caractéristiques, Mode de fonctionnement

On s’inscrit sur Viadeo pour être visible mais aussi permettre aux recruteurs de vous retrouver facilement via une recherche sur les moteurs de recherche. Pour cela il faut bien remplir votre profil en prenant le soin d’intégrer vos compétences et objectifs (projet professionnel). Votre profil doit être complet avec une photo à l’appui. Les postes que vous aviez eu à occuper et la fonction visée. Décrivez-vous en répondant aux différentes questions : qui êtes-vous, que recherchez-vous et à qui adressez-vous ? Comme sur un CV il faut valoriser votre parcours en étoffant le profil de vos expériences professionnelles avec les missions effectuées, les études et diplômes obtenus puis enfin vos centres d’intérêts.

Il y a deux modes d’accès sur Viadeo :

  • Le statut « gratuit » qui permet la création et mise à jour de votre profil, l’ajout de contacts, le moteur de recherche : nom, secteur d’activité, ville ;
  • Le statut Premium qui lui par contre dispose d’un moteur de recherche multicritères, l’envoi de messages illimités, l’accès à la liste des membres qui ont consulté votre profil, la création et l’animation de Hubs. Afin de disposer de ces modalités il faut un abonnement de 3, 12 ou 24 mois – de 5,91€ à 6,65€ / mois.

Sur Viadeo il faut aussi constituer son réseautage afin établir de nouveaux contacts et trouver ainsi clients, partenaires, fournisseurs, employés, employeurs. Pour cela vous pouvez par exemple intégrer des communautés de diplômés par exemple ou des groupes de discussion « hubs ». Les communautés de diplômés sont des espaces privatifs gérer par des associations et ou des écoles qui offre une grande visibilité à ses membres. Faire partir d’une telle communauté offre des avantages comme des ateliers de formation entre autre. Une fois constituer le réseau doit être entretenu grâce à des échanges, partages d’informations. Créer des affinités en recommandant des articles, offres d’emploi et annonces.

Interopérabilité avec d’autres réseaux

Twitter by Viadeo est une application qui permet lorsque vous avez un compte Twitter d’afficher votre timeline directement sur votre profil. Pour cela il suffit tout simplement de d’inscrire son nom d’utilisateur puis de choisir le nombre de tweets à diffuser. L’application permet entre autre de gagner de nouveaux followers à partir du profil Viadeo.

Viadeo est très similaire à un autre réseau social LinkedIn. Ils offrent en grande partie les mêmes fonctionnalités. Le public est cependant légèrement différent. LinkedIn comporte plus de catégories CSP+, Viadeo est davantage tout public avec une grande proportion de jeunes diplômés à la recherche d’un stage ou d’un premier emploi, ainsi que des demandeurs d’emploi.

Pour améliorer votre visibilité et votre référencement, mieux vaut créer un profil sur les deux réseaux.

Centres d’intérêt : Grand public, Entreprises, b2b, b2c, Photo

Viadeo est un site de réseau social professionnel qui permet de développer son réseau de contacts en ligne. Les membres peuvent y créer et renseigner leur profil à la manière d’un CV en ligne : formation, expériences professionnelles, centres d’intérêt, etc., et également être recommandé par d’autres membres.

On dit que c’est un outil business car il aide à trouver le bon contact (Clients, fournisseurs, partenaires, prestataires), chercher des informations sur des personnes ou des entreprises, communiquer de façon efficace et à moindre coût, échanger des informations sur son métier/son activité, recruter des collaborateurs. Les communautés de diplômés aide à gérer votre capital relationnel, retrouver d’anciens collègues de travail et camarades d’études. Il faut aussi nouer de nouveaux contacts, se tenir informer des activités de son réseau puis participer à des évènements.

En somme Viadeo est une vitrine pour accroître sa notoriété professionnelle, retrouver des connaissances, entretenir son réseau, trouver des clients, trouver des partenaires, trouver des fournisseurs, préparer ses rendez-vous, communiquer, s’informer et recruter.

Intérêt de Viadeo pour le référencement

C’est le réseau en pleine expansion avec ses 50 million d’utilisateurs dans le monde. Il est aussi le premier réseau social professionnel en France devant LinkedIn. Sa primauté fait que les cabinets spécialisés en recrutement et en ressources humaines notamment l’utilisent comme un outil pour approcher des nouveaux talents ou des entités ayant des besoins spécifiques. L’autre avantage de Viadeo réside dans son référencement Web, les contenus liés au référencement Viadeo étant facilement disponibles sur le Web. Viadeo sert aussi à la promotion de votre blog via une fonction qui intègre URL en widget. Comme sur les autres réseaux sociaux de la toile il faut un community manager pour un travail au quotidien pour développer la notoriété, l’activité ou l’entreprise.

Services SEO – réseaux sociaux : Pinterest

Tout a commencé en 2008 avec Cold BrewLabs Inc. l’idée était de créer un produit commercial pour mobile appelé fourre-tout. L’application devrait servir à créer des catalogues. Cette tentative s’est soldé par un échec puis alors vient l’idée de Pinterest.

Pinterest : Nom du réseau, Fondateurs, Age, Histoire.

Lancé en 2010, Pinterest a connu des débuts difficiles. Ben Silbermann et Paul Sciarra, des amis de l’Université ont conçu Pinterest pour mettre en contact tout le monde à travers les choses qu’ils trouvaient intéressantes. Pour eux un livre, un jouet ou une recette peut dévoiler un lien commun entre deux personnes. L’idée est de créer des post-it avec des messages et images que l’on épingle sur un tableau de liège.

Pinterest serait alors le tableau sur lequel nous accrochons nos souvenirs, nos coups de cœur. En liège ou aimanté, on en trouve partout. Le principe du site est de « virtualiser » ce type de tableau. Vous épinglez sur Pinterest, ce qui vous plait

Caractéristiques, Fonctionnement

Pinterest est un réseau social qui permet aux usagers d’organiser et de partager du contenu, des photos et des informations sur le web grâce à un tableau virtuel. Sur ledit tableau, les données et les images sont organisés de sorte à faire apparaître différentes catégories. Les catégories les plus populaires et les plus suivies sont les voyages, les voitures, les films, l’humour, la décoration d’intérieur, l’architecture, le sport, la mode et l’art.

Pour s’inscrire sur Pinterest, allez sur www.pinterest.com et sélectionnez le bouton “Join Pinterest” en haut de la page. Il est également possible de s’inscrire via Facebook, Twitter ou votre adresse e-mail. Assurez-vous d’enregistrer votre compte avec la même adresse email que celle que vous utilisez sur votre compte Twitter. Vous pourrez ainsi partager facilement vos nouveaux pins sur votre compte Twitter.

Une fois inscrit sur le site, il faut choisir des thèmes qui vous correspondent et qui constitueront votre centre d’intérêt. Un board est une collection de pins. Ils sont habituellement triés par thèmes et les utilisateurs peuvent avoir autant de boards différents qu’ils le souhaitent. Le pin est une image mise sur Pinterest. Vous pouvez pinner toutes les images que vous voyez en ligne ou repinner une image quelqu’un d’autre à déjà pinné sur son compte. Pinterest ne sert pas exclusivement au partage, vous pouvez tout comme sur Facebook « aimer » des pins sans les ajouter à un de vos tableaux. Vous pouvez également laisser des commentaires. Donc vraiment tout comme médias sociaux permet l’interactivité entre ses usagers.

pinterest

Interopérabilité avec d’autres réseaux sociaux.

En synchronisant avec Facebook et Twitter, il est possible de partager dans votre journal et sur votre time line le contenu Pinterest.

Centres d’intérêts : grand public, entreprises, b2b, b2c

Certes, Pinterest s’avère parfois très utile pour des choses qui peuvent sembler banales ou sans intérêts pour certains, par exemple : redécorer votre maison, planifier un mariage, trouver votre style personnel, se faire notre propre livre de recettes, etc. Mais avec Pinterest nous pouvons faire bien plus que de trouver et partager des idées déco. Ce réseau peut servir à promouvoir un style de vie. Pinterest peut représenter un moyen original de raconter ou d’incarner une marque, surtout quand on sait que les contenus photographiques ont tendance à supplanter les contenus rédactionnels sur le net. Les entreprises l’utilisent pour développer leur image de marque. Les constructeurs automobiles peuvent par exemple créer des boards pour les différentes gammes de véhicule. Pinterest a beaucoup de valeur pour les entreprises dans la mesure où ils montrent ce qui attire l’attention des clients. Au travers du nombre de « likes », d’images repinnés, legendes et commentaires on peut facilement connaitre vos goûts. Aussi il est possible de connaitre la réaction des consommateurs sur des nouveaux produits et les tester avant le lancement officiel.

Pinterest peut aussi servir au tourisme virtuel, plusieurs images paradisiaques y sont disponibles. On peut grâce à la plateforme à travers la plateforme, épingler des endroits de rêve ou de prédilection; s’informer, planifier leur séjour à l’étranger, se laisser inspirer par des endroits méconnus ou même, partager des expériences de voyage.

Rang parmi les autres réseaux sociaux

Avec des utilisateurs deux à trois fois plus actifs que sur Twitter, Pinterest commence à séduire les internautes. La gente féminine adore Pinterest. Une écrasante majorité des utilisateurs de Pinterest sont des femmes, près de 80%.

Evolution à envisager

Pinterest a déjà des partenariats avec plusieurs marques de façon à ce que leur vitrine soit virtualiser en ligne. L’Oréal utilise par exemple Pinterest pour exposer des leçons de maquillage et des aperçus de ses produits. Actuellement la start-up américaine planifierait un modèle économique. Une plate-forme publicitaire est en préparation, d’après le Wall Street Journal. Pinterest aimerait aussi convaincre les marques que les produits épinglés dans les collections peuvent mener à des ventes réelles, dont il pourrait revendiquer une part.

Avis d’expert sur Pinterest

« Pour moi, les babillards sont une façon de regarder le monde de manière très humaine » Ben Silberman. Certains recommandent d’être plus créatif ; c’est ainsi que Laetitia Viera à créer un board pour les entreprises et clients pour lesquels elle a travaillé, elle a également créé un board pour ses réalisations professionnelles ainsi qu’un board pour ses articles, pour les évènements auxquels elle a assisté. Le rendu de cette création est un CV qui exprime sa personnalité aux yeux d’un recruteur. Les utilisations de Pinterest sont encore inconnues.

Intérêt pour le référencement dans une échelle de un à cinq

Avec près de 10,5 millions de visiteurs par mois et 3,6% de trafic référent (autant que sur Twitter), Pinterest grâce à ses fonctionnalités peu toucher une large cible. Les URL : Pinterest vous offre la possibilité de bénéficier d’URL personnalisées pour votre compte utilisateur ainsi que pour vos boards (Pinterest.com/marque/produit), qui vous permettront d’optimiser votre référencement sur les médias sociaux (SMO).De plus en ajoutant des hashtags et des descriptions sur vos pins, vous faciliterez l’indexation de vos contenus dans les moteurs de recherche (SEO)

Services SEO – réseaux sociaux : LinkedIn

Créé en 2003 par Reid Hoffman, Allen Blue, Jean-Luc Vaillant et deux autres entrepreneurs, LinkedIn est le grand-père des réseaux sociaux. C’est un réseau social strictement professionnel qui en 10 ans compte 200 millions de membres issus de 170 secteurs d’activités dans plus de 200 pays et territoires différents.

Histoire

De 2003 à 2005 l’entreprise créée en Californie par Reid Hoffman ex vice-président de Paypal et ses cofondateurs avait encore du mal à s’imposer. Après 2005 les choses changent LinkedIn ouvre son quatrième bureau et compte plus de deux millions d’inscrits. A la même année, l’onglet « Jobs » fut intégré afin de trouver du travail en ligne. On est au-delà du réseau de connaissances qui facilite le dialogue entre professionnels. Outre le fait de détailler son parcours dans un profil, en indiquant son expérience de travail (actuelle et passée) et son éducation, à la manière d’un curriculum vitae virtuel devient un outil de recherche d’emploi.
Un an plus tard, une autre fonction « Personnes que vous pourriez connaître » a été ajouté. Cette nouvelle modification permet de pouvoir rencontrer de nouvelles personnes, recommandées par des gens en qui on a confiance. Les employeurs peuvent afficher des offres d’emploi et trouver des candidats potentiels. De même pour les personnes qui cherchent du travail, ils peuvent consulter le profil des employeurs et découvrir qui, dans leurs contacts, peut les introduire.

En 2008, LinkedIn s’internationalise et ouvre un bureau à Londres. L’expansion commence alors et le site devient disponible en Français et en Espagnol. Avec plus de 100 millions d’utilisateurs en 2011, c’est la consécration et l’introduction en Bourse pour l’entreprise.

En 2012, l’objectif ne change pas pour LinkedIn simplifier, grandir et tous les jours. Il existe actuellement en 16 langues.

Enfin, aujourd’hui en 2013, le site est à son apogée et connait une croissance de deux membres par secondes. Avec ses 225 millions de membres, LinkedIn est le premier réseau social professionnel.

linkedIn

Caractéristiques, Mode de fonctionnement

LinkedIn a été conçu pour présenter des gens à des gens. Mais avant il faut d’abord se faire connaitre en rédigeant son CV puis en le mettant en ligne. Mais LinkedIn n’est pas qu’un site de Curriculum Vitae, il aide aussi au développement des affaires grâce au réseautage. On a donc la possibilité de se connecter virtuellement avec des relations d’affaires et vouloir rencontrer celles-ci en personne par la suite. LinkedIn développe des applications qui aident à organiser, regrouper et classer ces contacts. Une fois amis, vos contacts informent via des « posts » de leur emplois actuels, problème, besoin ; de leur actualité en général. Etablir, communiquer et maintenir le contact avec vos amis mais aussi leur réseau de contact. Sur LinkedIn, il y a trois degrés de contacts: vos amis, les amis de vos amis et… leurs amis. Le nombre de relation augmente donc à un rythme exponentiel.

Centre d’intérêts : grand public, entreprises, b2b, b2c

LinkedIn est un réseau social professionnel très bien implanté sur le marché mondial. Les individus qui y sont inscrits y sont à titre professionnel. L’accès est gratuit mais des offres sur abonnement sont aussi disponibles afin d’accéder à des services plus importants notamment pour faciliter la prise de contact direct ou pour y publier des offres d’emplois. Par exemple il sert pour un :

  • Jeune diplômé : Trouver un emploi – Obtenir des informations précises sur des entreprises
  • Recruteur : Faire connaître un poste à combler – Trouver un candidat ou en savoir plus sur lui
  • Entrepreneur : Qualifier de nouveaux partenaires d’affaires – Obtenir des informations sur de nouveaux marchés
  • Commercial : Fidéliser les clients actuels – Séduire de nouveaux prospects
  • Marketeur : Connaître les tendances dans un domaine précis – Augmenter la visibilité de l’entreprise et de ses produits.

linkedIn

Quelques avis d’experts web à propos de LinkedIn

Pour Robert Gervais, un PDG d’entreprise inscrit sur LinkedIn, c’est un réseau semblable à Facebook sauf qu’il est destiné aux gens d’affaires. Il permet de Créer et entretenir un large réseau de professionnels fiables ; aide à développer de nouvelles opportunités d’affaires.

Mais pour Mathieu Laferrière un formateur et spécialiste LinkedIn on ne doit pas s’inscrire sur le réseau que pour exister. Il faut donc définir ses objectifs avant de créer son profil. À partir de là, il faut déterminer comment LinkedIn peut vous aider à réaliser ces objectifs, en créant des sous-objectifs propres à LinkedIn.

Intérêt pour le référencement

LinkedIn est un outil de gestion de e réputation en ligne et de personal branding. Il aide à développer votre notoriété. Avec LinkedIn établissez votre profil professionnel de sorte que votre nom apparaisse dans les premiers résultats des moteurs de recherche. Il est bénéfique au référencement si votre nom est associé à une marque.

Contact / Devis / Information

Services SEO – réseaux sociaux : Facebook

Nom du réseau : Facebook , Fondateurs, Age

Créé en 2004 par Mark Zuckerberg, le réseau social s’appelait à l’origine « The Facebook ». Ce n’est qu’en 2005 qu’il sera rebaptisé « Facebook », « le livre des visages » traduction littérale. Mark Zuckerberg et ses camarades Eduardo Saverin, Dustin Moskovitz et Chris Hughes étudiants à Harvard lançait le 04 février 2004 la première version de Facebook. L’objectif de ces derniers était de mettre en relation les étudiants de la faculté d’Harvard.

En 4 ans, Facebook compte 1,11 milliard d’utilisateurs actifs par mois et 665 millions d’utilisateurs actifs par jour. Depuis Mars 2013, le réseau revendique aussi 751 millions d’utilisateurs actifs sur mobile.

Histoire

The Facebook né à Harvard en 2004 était uniquement destiné à ses étudiants. Il sera peu à peu ouvert à d’autres universités, aux écoles secondaires et enfin aux grands publics en 2006. Facebook leur permettait de publier des informations (photographies, liens, textes, etc.) mais aussi d’interagir avec d’autres personnes au moyen de commentaires, messages et discussions instantanées. Vous publiez et de commentez des vidéos, musiques, photos sans jamais quitter l’interface du site.

Cependant d’autres étudiants de Harvard développaient en parallèle un projet similaire appelé « Harvardconnection ». Mais le problème n’était pas ce niveau. Mark Zuckerberg était lié par un accord verbal aux pères de la « Harvardconnection » les frères Cameron et Tyler Winklevoss, ainsi que Divya Narendra. Ces derniers décident alors d’intenter un procès à Mark Zuckerberg quelques Mois après la sortie de Facebook. Un accord à l’amiable fut trouvé et Facebook a versé près de 65 millions de dollars.

Le 18 Mai 2012, Facebook lance l’une des plus importante IPO du monde de l’Internet avec une capitalisation boursière atteignant 104 milliards de dollars. Néanmoins le cours chute rapidement, le titre perdant jusqu’à 24 % moins de deux semaines après l’introduction. Cette situation contraint la société a racheté près de la moitié des actions détenues par les employés qui désiraient prendre au même moment. Mais après cette période noire qui durera jusqu’en novembre, les marchés ont trouvé des raisons de croire à nouveau dans le réseau social, qui n’a cessé de lancer de nouvelles initiatives pour booster son chiffre d’affaires, en particulier pour améliorer ses revenus issus du mobile.

facebook

Caractéristiques, mode de fonctionnement et interopérabilité avec d’autres réseaux sociaux

Facebook est site communautaire, permettant de se maintenir et de tisser les liens entre individus. On la comparera à une une boite à outils sociaux intra communautaire , qui peut servir à la fois au niveau personnel (jouer, se divertir, faire de rencontre, trouver de l’emploi, etc.) et au niveau professionnel (acheter, vendre, collaborer, organiser des événements, se former, se faire de la publicité, etc.).

Depuis Mars 2012 où la nouvelle interface communément appelé timeline a été activé, plusieurs fonctionnalités innovantes sont apparus. Fini le mur qui n’affiche que les activités des dernières heures, le nouveau Facebook va faire tenir toute votre vie, année après année, sur une seule et même page. La photo de couverture, beaucoup plus visuelle (image unique avec une taille 851×315 pixels recommandée) est en tête de page. D’autres changements ont été effectués :

  • Le Ticker (ou Telex), un nouveau bloc présent en haut à gauche de l’écran. Il recense en temps réel l’activité de vos amis et page fan (Jaime, Commentaires, Lecture d’article, Ecoute de musique …)
  • Le Bouton « S’abonner » qui permet de suivre l’actualité d’une personne sans l’ajouter à votre liste d’amis.
  • Les Listes d’intérêts ou Smart lists permettant de créer un journal personnalisé regroupant les publications de personnalité, amis, page, groupe communautaire ou page selon une thématique bien précise.
  • Fil d’actualité ou Newsfeed répertorie les différentes actualités depuis votre dernière visite.

Facebook s’est depuis peu associé aux plateformes multimédia Sportify, Deezer, Dailymotion. Outre la possibilité de publier une chanson qu’on aime par exemple, il sera possible d’écouter à plusieurs un même morceau de manière absolument synchrone et de discuter en parallèle.

Centres d’intérêts : Grand public, Entreprises, B to B, B to C

C’est le seul site qui compte sur internet pour les lycéens ; et tous les adultes, même les plus vieux, s’y mettent. Copains d’avant a échoué là où Facebook a réussi. Cela s’explique par le fait que, sur le site crée par des universitaires américains pour garder contact, on peut retrouver ses (anciens) amis grâce à un moteur de recherche qui ne cesse de s’agrandir comme dans Copains d’avant, mais gratuitement.

Professionnellement, Facebook sera un atout pour :

  • Cibler un anneau de prospect plus large
  • Réinvestir dans la similarité des centres d’intérêts similaires (esprit de communauté) en l’animant et favorisant nouvelle forme d’interaction
  • Mettre à disposition des informations (Mettre en valeur ses activités, faire des sondages, diffuser des articles…)
  • Bâtir un réseau d’auto-promotion sur Internet
  • Conquérir des prospects potentiels. Maintenir le réseau des prospects à jour et au courant de vos activités ;
  • Promouvoir le partage d’informations.

Ainsi donc on peut mettre en lumière trois utilisations majeures de Facebook. Créer un profil par une personne en son nom propre pour être en contact avec d’autres. Une page Facebook par une personne morale (entreprise, association,…) et qui permet à vos « fans » de suivre votre actualité. Enfin Facebook peut s’utiliser par un nombre restreint d’utilisateurs qui discutent autour d’une thématique commune. Pour cela il faudra créer un groupe avec un modérateur. Ce dernier se chargera d’autoriser l’inscription au groupe, supprimer des messages, et « bannir » des membres. Le groupe peut s’utiliser en mode « privé » ou « public » au sein duquel chaque personne, y compris l’administrateur, intervient en son nom propre.

facebook

Rang parmi les autres réseaux sociaux, évolution à envisager, adresse d’inscription

Le classement des réseaux prend en compte bon nombre de facteurs. D’une région à l’autre, le classement diffère. Cependant Facebook est le réseau mondialement connu. Il est plus populaire que les autres. Si l’on se réfère à la France une étude réalisée par l’Observatoire des Réseaux Sociaux (IFOP), montre que 95 % des français connaissent Facebook dans un panel de 55 réseaux sociaux.

Cependant il risque de connaitre un ralentissement à cause de la monétisation de plus en plus importante du réseau. Les utilisateurs commencent à se plaindre des publicités envahissantes. La présence de contenus sponsorisés toujours plus nombreux et les modifications des paramètres de confidentialité n’aident évidemment pas.

Le changement c’est souvent chez Facebook. Depuis le lancement de la Timeline, la page affiche désormais les infos personnelles à gauche et les publications à droite et les photos sont plus mises en avant. Facebook profite pour proposer aux internautes de compléter leur profil avec des informations personnelles, comme les films préférés, la musique favorite, ou encore les livres qu’ils ont lu récemment. Toutes ces données seront très utiles à son nouvel outil le « Graph Search ». En somme, il permet d’utiliser le réseau social pour établir des listes de personnes en fonction des informations qu’elles ont rendues disponibles sur leur profil : âge, sexe, religion, photos, « likes », lieux visités… Le but de Graph Search est de donner directement une réponse à une question précise. Par exemple Femme célibataire habitant à Lyon écoutant de la Pop musique. Il faut noter cependant que tout cela va à l’encontre du désir des utilisateurs que leurs données restent privées. Facebook doit revoir la protection des données et rende difficile la recherche.

La rumeur qui aliment actuellement la toile, c’est l’intégration du Hashtag dans les conversations sur Facebook.

Quelques avis d’experts web sur Facebook, Intérêt pour le référencement

Les moyens qui peuvent aider à l’amélioration de votre référencement se multiplient au fur et à mesure des années. Il y a quelques années il fallait Il suffisait de quelques textes dans ses balises Meta pour être positionné dans les moteurs de recherche « classiques ». Aujourd’hui, la quantité de méthodes qu’il est possible d’utiliser pour favoriser son référencement est quasi in?nie. Parmi les leviers récemment apparus, les réseaux sociaux prennent une place de choix. Les trois réseaux sociaux « stars » en 2013 sont bien évidemment Twitter et Facebook, rejoints un peu plus tard par Google+. Utiliser Facebook pour optimiser sa page dépend de sa stratégie mais aussi de son métier. Toutefois il faut savoir que les moteurs de recherches prennent en considération le nombre de partage sur un lien dans Facebook par les utilisateurs du réseau social, mais les « J’aime » et les commentaires auraient aussi leur rôle à jouer.

Contact / Devis / Information

Services SEO : référencement de site web

Pour le possesseur de site web comme pour le futur gestionnaire de ce type de structure, une question essentielle se pose : comment concevoir, comprendre le référencement. Puis de quelle manière mettre en place une démarche cohérente en comprenant les différents outils comme les acteurs du référencement pour réussir une étape primordiale dans le développement et la vie d’un site web. Nous vous proposons quelques éléments pour vous aider dans votre démarche.

Référencement : les bases à connaître

Les premiers moteurs de recherche sur Internet apparaissent dès 1990. Ils ont été mis à profit de l’e-commerce naissant, démontrant aux entreprises le réel intérêt d’avoir un site référencé.
Au milieu des années 90, les webmasters et les fournisseurs de contenu Internet s’intéressent au SEO. Ils comprennent qu’ils peuvent manipuler les algorithmes d’indexation des moteurs de recherche. Jusqu’en 1998, ils soumettaient des adresses de pages Web aux moteurs de recherche pour indexer leurs sites. Les résultats étant basés sur la conception du site, ils jouaient pour le référencement sur les mots-clés et leur densité. Cependant, cette utilisation abusive des mots-clés rendait les pages de résultats spammées et peu fiables.
La naissance de Google a changé la donne, avec la création d’algorithmes plus complexes et désormais confidentiels, durant les années 2000. Google instaure de nouvelles méthodes de classement qui influent sur le référencement, prenant en compte la quantité, mais aussi la qualité des liens entrants et sortants. Les résultats gagnent alors en pertinence, et Google devient le leader dans son domaine.
Depuis 2009, une indexation en temps réel se développe grâce aux partenariats noués avec les réseaux sociaux. Le référencement s’adapte au Web 2.0.

référencement

Les spécificités du référencement dans les années 2010

Cette année, le SEO devient le principal outil stratégique de webmarketing. Un bon classement dans les moteurs de recherche permet en effet aux entreprises qui soignent leur référencement d’accroître leur visibilité.
Google et les experts en référencement ont donc évalué les comportements à adopter, et ceux à éviter.
Quelques bonnes pratiques : favoriser les liens entrants, les mots-clés dans les titres et dans les noms de domaine, travailler la vitesse de chargement du site, et les variations du nom de la marque.

Par ailleurs, avec l’avènement du Web 2.0, l’année 2013 devient l’année du consommateur. Il ne s’agit plus en effet de cibler les moteurs de recherche, mais bien les internautes. Pour cela, il est important de renouveler continuellement son contenu Web, et avec originalité. Il faut savoir que 79% des internautes utilisent les réseaux sociaux pour partager et commenter des informations. Ces nouveaux médias sont davantage sollicités actuellement que les newsletters ou les recherches sur le Net. Pour les entreprises, c’est l’opportunité de créer un engagement des consommateurs. Aujourd’hui le Web est social, et il est nécessaire de générer des signaux sociaux en échangeant avec les personnes influentes de sa communauté comme en créant un blog.
Parmi les pratiques à éviter, on retrouve surtout la sur-optimisation des mots-clés, les contenus dupliqués, les mots-clés non pertinents, et la mauvaise qualité de la langue. Google va, par ailleurs, traquer les réseaux de vente de liens et les actions frauduleuses dans sa lutte anti-spam.

Les étapes du référencement

Avant tout, il est important d’identifier les objectifs, le public visé, ainsi que le budget disponible pour le projet. Ces données permettent de calibrer le site aux attentes de l’entreprise.
La première étape est ensuite celle du choix stratégique des mots-clés, de leur variation et de leur disposition (articles, URL, nom de domaine, titres de page, etc.). Ils doivent être les plus spécifiques possible afin de rester pertinents face aux requêtes des internautes.

Le contenu et l’aspect techniques du référencement sont également des aspects à prendre en compte. Le contenu doit être complet, original et lisible. Il faut veiller à ce que le site reste simple, y compris dans sa structure. Chaque page doit être claire, avec un titre, son contenu et ses mots-clés. Pour favoriser le classement, de nombreuses étapes sont alors possibles : rédiger une balise méta description, créer des URL claires, soumettre le site aux moteurs de recherche, créer des versions du site pour mobiles, etc.
Enfin, la pérennisation du référencement demande de populariser le site via les réseaux sociaux, un renouvellement quotidien des contenus, et la mise en place d’un suivi analytique du trafic.

Les outils de référencement

Plusieurs outils permettent d’optimiser le classement du site sur les moteurs de recherche, et ainsi de booster sa visibilité. Le plus souvent, ils auditent les pages Internet selon des critères prédéfinis et sur des points précis (structure, mots-clés, liens, etc.).
Des outils permettent la gestion des balises, l’inscription sur des moteurs de recherche ou des annuaires, la simulation du passage d’un robot pour voir de quelle façon ceux-ci l’analysent, ou encore la mesure du temps de chargement des pages.
En ce qui concerne les mots-clés, des outils proposent de les compter, d’en suggérer, ou de mesurer leur densité. Il est aussi possible de vérifier des contenus pour éviter le plagiat sur d’autres sites.
Quant aux outils de popularité, ils peuvent analyser l’indexation des pages, le positionnement dans les moteurs de recherche, mais aussi les liens entrants, et l’e-réputation du site.
Ils sont tous proposés indépendamment les uns des autres sur des sites Web, mais certains développeurs mettent à disposition une panoplie d’outils utiles, comme Google.

référencement

Référencement et prestataires

Avec l’essor des moteurs de recherche, ils sont nombreux à proposer leurs services sur le Net. Ce peut être un webmaster, une agence Web, un informaticien, ou un référenceur spécialisé. Dans tous les cas, son rôle est d’améliorer le référencement d’un site, et d’en assurer la promotion auprès des moteurs de recherche et des annuaires.
Les prestataires proposent tous une base similaire de prestations, avec la détermination des mots-clés, un audit du site, une recherche d’optimisation, un positionnement, et un suivi du trafic. Il existe des options selon les prestataires : tableaux de bord, calcul du retour sur investissement, adaptation au Web 2.0, gestion de l’e-réputation, audit de la concurrence, etc.
Un bon prestataire veille à obtenir les meilleurs résultats possibles, sans toutefois pouvoir garantir la première place dans les moteurs de recherche. Il proposera un devis, une stratégie de visibilité à long terme, et dressera un bilan à chaque étape de la prestation.
Un vrai professionnel se reconnaît par son expérience. Avant de se décider, il est donc préférable de se renseigner sur son identité, sa réputation, ses réalisations, ses références client, ses certifications, et ses garanties.

Le suivi du référencement après prestation

Il est nécessaire d’effectuer un suivi des sites référencés sur les moteurs de recherche afin de pérenniser leur position en haut du classement.
En premier lieu, il est possible d’analyser le trafic en fonction des moteurs de recherches : nombre de visiteurs par jour, nombre d’achats en fonction du nombre de visites, graphique de croissance du nombre de visites par mois, etc.
Des outils permettent également de comparer, sur une période donnée, le positionnement d’un site Web par rapport à ses concurrents, et de lister les mots-clés sur lesquels ses concurrents sont mieux placés. Ce suivi peut s’effectuer sur plusieurs périodes afin de comparer les évolutions globales.
La rentabilité des partenariats peut également être vérifiée grâce aux liens entrants, et au nombre de visites qu’ils génèrent, afin d’évaluer la visibilité du site et son retour sur investissement.
Avec le Web 2.0, il est aussi utile de veiller au suivi des statistiques via les réseaux sociaux et les visites qu’ils entraînent sur le site de l’entreprise.

—————————————————-

Quelques sites à consulter :

http://www.marketing-internet-montreal.com
http://www.sourcedofollow.fr

http://www.ranks.fr
http://www.abondance.com
http://www.carrementplus.net
http://www.outils-referencement.com

http://frenchweb.fr

http://blog.resoneo.com
http://blog.linesoft.fr
http://www.nordnet.com
http://medeodesign.ca
http://www.visiplus.com