Services SEO – Référencement naturel

Le référencement (ou SEO pour Search Engine Optimization) existe depuis que le Web et les moteurs de recherche existent. Référencer sur internet c’est figurer dans l’index d’un moteur de recherche. Il sert à développer le trafic d’un site afin de faire figurer à la meilleure position possible dans les résultats naturels des moteurs de recherche des pages du site pour une requête donnée ; en d’autres termes augmenter notre visibilité. Faire du SEO naturel c’est s’engager à respecter les directives des moteurs de recherches en terme de référencement naturel.

Quelles sont ces directives, les outils à votre disposition pour une prestation de référencement naturel ? Peut-on dire que le référencement naturel à une fin ?

Plan de l’article :

 

Définition du référencement naturel

Référencement naturel est l’inclusion ou indexation d’un site dans la base de données d’un moteur de recherche. Un site référencé est donc un site seulement présent dans l’index du moteur. Le positionnement c’est l’ensemble des actions qui sont destinées à faire apparaître les pages d’un site dans les premières pages des résultats d’un moteur de recherche, sur des requêtes spécifiques. Positionner un site, c’est le rendre visible dans les moteurs de recherche. Le positionnement n’est pas un but en soi. La finalité du référencement naturel c’est l’augmentation de sa visibilité et l’acquisition de trafic de qualité.

Le référencement naturel est donc indispensable. Il se fait :

  • Lors de la conception et de la création d’un site Web
  • Sur un site déjà existant s’il n’a pas été optimisé lors de sa création
  • A partir des objectifs du site et de sa cible

référencement naturel

© momius – Fotolia.com

Les outils du référenceur

  • Google Trends, Google Insights, Générateur de mots clés Google

Des outils comme le générateur de mots clés et Google Trends permettent d’affiner une stratégie de mots clés en évitant les erreurs de débutant. La définition de mots clés est une des étapes du référencement naturel. Définir des mots clés qui sont certes propre à votre jargon ou secteur d’activité et qui ne sont pas connu des internautes pourrait rendre votre site invisible.

Afin de vous aider, un outil proposé par Google vous permet de comparer différents termes et de consulter leur volume de recherches associées. Il est donc possible de déterminer les mots et expressions les plus utilisés par les internautes sur les moteurs de recherche et ainsi de mieux cerner les termes utilisés par vos cibles pour votre référencement naturel.

Le générateur de mots clés de Google permet en outre de trouver des expressions synonymes ou des mots appartenant à une même thématique, en adéquation avec le contenu des pages de votre site.

Google Trends (ou Google Insights) permet de constater l’évolution des recherches effectuées sur la base d’un mot ou d’une expression particulière. Les activités saisonnières existent aussi sur Internet, par exemple la vente de jouet à Noël, il est important d’en tenir compte au risque de voir le trafic généré sur votre site s’écrouler entre périodes creuses et périodes prospères.

Google Webmaster Tools (GWT) est un ensemble d’outils proposés afin d’aider les webmasters à corriger certaines erreurs sur le site ou à modifier quelques paramètres d’exploration d’un site par les robots d’indexation de Google. Parmi les principales fonctionnalités proposées par GWT:

  • Déclarer et gérer des sites;
  • Déclarer et gérer des fichiers SiteMaps;
  • Gérer l’affichage de son site et de ses liens secondaires sur Google;
  • Déclarer un changement d’URL pour un site;
  • Reconnaître les mots clés les plus représentatifs sur votre site pour le référencement naturel, ses liens internes, ses liens externes;
  • Vérifier la présence de virus et de logiciels malveillants sur un site;
  • Relever les erreurs d’exploration rencontrées par Google;
  • Contrôler le temps de chargement moyen constaté sur les pages d’un site;
  • Visionner les statistiques relatives à l’utilisation de Google+ depuis votre site (utilisation du bouton «+ 1»).

Ces outils gratuits permettent donc de hiérarchiser votre liste de mots clés par importance, et d’aviver le travail de référencement naturel sur les mots véritablement générateurs de trafic aussi bien quantitativement que qualitativement. Dès lors que vous disposez d’une liste de mots et d’expressions à fort potentiel, le travail d’optimisation peut commencer.

En 2012, le service Site Explorer de Yahoo fermait. Cependant il proposait aux webmasters de vérifier le nombre de liens externes et internes pointant vers un site ou une page spécifique. Mais depuis des alternatives à cet outil ont vu le jour comme le web service Open Site Explorer. Il s’agit outils qui font partie des indispensables de la boîte à outils du référenceur. Entre autres, ils permettent de mesurer la force d’un concurrent au travers du nombre de liens externes qui pointent vers son site, mais aussi de «suivre» d’autres webmasters et de récupérer leur méthodologie de travail en référencement naturel

  • Le WEB SOCIAL (SMO, SMM ET Community Management)

À l’ère du Web social et de la lutte de Google contre le spam et des contenus non qualitatifs avec Panda ; acquérir de la visibilité pour un site Web relève désormais du challenge: attirer, séduire et fidéliser l’internaute requiert du temps, des compétences et une véritable veille marketing à mettre en place pour anticiper les évolutions majeures des facteurs qui influencent la visibilité des sites, des marques et des produits sur la toile.

L’explosion ces dernières années des réseaux sociaux, la communication sociale 2.0, a entraîné de nouveaux comportements et de nouvelles habitudes chez l’internaute. Désormais, il n’est plus restreint à un simple rôle de spectateur passif. Le Web 2.0 lui a conféré un nouveau rôle: l’internaute est devenu en l’espace de quelques années un acteur de premier ordre du référencement naturel qui contribue à bâtir le futur de l’Internet au travers de la «recommandation» et du porte-voix que lui confèrent les outils participatifs du Web 2.0. C’est ainsi que SMO Social Media Optimization, une récente discipline du webmarketing porte sur les nouvelles possibilités de visibilité et de référencement naturel offertes par les réseaux sociaux du Web 2.0 à l’instar de Facebook, Twitter, YouTube, Dailymotion ou autre a vu le jour. L’optimisation pour les médias sociaux repose sur l’utilisation massive de sites Web dotés d’environnement communautaire et participatif. Comme pour le référencement naturel, la SMO englobe deux stratégies d’optimisation distinctes : SMO on-site et SMO off-site. Ces techniques sont encore nouvelles et ne sont pas aussi bien codifiés et définies que celles relatives à la SEO. La SMO on-site désigne un ensemble d’optimisations possibles à réaliser au travers de son site Internet pour son référencement naturel. Il s’agit la plupart du temps de la mise en place d’outils et de fonctions communicantes entre le site et un réseau social donné tandis que la SMO off-site désigne un ensemble d’optimisations possibles à réaliser sans modifier «le site». Il s’agit la plupart du temps d’actions pouvant se dérouler directement sur un réseau social donné, ou plus exactement dans la collaboration de diverses plateformes sociales 2.0.

référencement naturel

© chany167 – Fotolia.com

Afin de populariser un site, un blog ou une page Internet, la SMO on-site apporte des solutions simples et à la portée de tous. Des « plugins » permettant d’afficher des boutons de partage, de vote ou de recommandation sont mis à disposition par les réseaux sociaux s’intègrent facilement aux pages d’un site, leur apportant une nouvelle fonctionnalité qui se révèle être l’un des piliers de la SMO on-site.
Les boutons et plugins de partage permettent aux internautes membres de réseaux sociaux de faire savoir à leur cercle de connaissances qu’ils apprécient une page ou qu’ils souhaitent faire partager une information particulière.
Voici une liste de principaux plugins qu’on peut intégrer à son site : sur Facebook le Like Button, Send Button, Comments, Recommandations ; sur Twitter le Tweet Button, Follow Button ainsi que le Button « +1 » de Google+.

La SMO off-site quant à elle exploite les réseaux sociaux juste pour générer du trafic vers un site ou améliorer la popularité d’une marque ou d’une entreprise. Bien qu’une stratégie de SMO off-site puisse aussi améliorer le référencement naturel d’un site, les outils qui lui sont propres ainsi que son but ultime distinguent nettement la SMO off-site de la SMO on-site.

La SMO off-site s’appuie essentiellement sur des techniques de diffusion d’un message à grande échelle au travers des réseaux sociaux. La technique la plus répandue est sans doute la diffusion de flux RSS sur les réseaux sociaux. Il est en effet possible de brancher le flux d’actualité d’un site à son profil Twitter ou encore à une page Facebook. Automatiquement l’actualité du site, de la marque ou de l’entreprise sera donc diffusée sans intervention humaine et au gré du rythme des publications qui a lieu sur le site source. À ce titre, les Followers Twitter, les membres d’une page Facebook ou un réseau de connaissances pourront régulièrement être avertis des «nouveautés» véhiculées par le flux.

La méthode de référencement naturel

La méthodologie a adopté est toute simple et se résume en ces quelques étapes :

  1. Choix des mots-clés pour son référencement naturel.
  2. Choix des moteurs et éventuellement des annuaires à prendre en compte.
  3. Création ou modification des pages du site en fonction de ces mots-clés et des critères de pertinence des moteurs pour son référencement naturel.
  4. Prise en compte des pages par les moteurs à l’aide de liens savamment créés et vérification de la présence des pages dans les index des moteurs de recherche.
  5. Vérification du positionnement et/ou du trafic engendré par les outils de recherche par le référencement naturel.
  6. Suivi de ces phases de positionnement/trafic et corrections éventuelles pour obtenir de meilleurs résultats.

Arrêtons-nous sur quelques-unes de ces étapes

  • Choix des mots-clés.

Pour mettre en place une stratégie de référencement naturel, la première phase consiste à choisir les « bons » mots-clés pour positionner vos pages web. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas si simple. Il s’agit d’une phase cruciale pour votre référencement : choisir des mots-clés sur lesquels un positionnement est trop complexe peut s’avérer désastreux ; tout comme le fait d’opter pour des termes qui ne sont jamais saisis par les internautes. Les mots-clés que vous allez choisir sont extrêmement importants et doivent répondre à deux notions essentielles.

Ils doivent susciter de l’intérêt le plus possible et être souvent tapés par les utilisateurs des moteurs de recherche.
La faisabilité : il doit être techniquement possible de positionner une page web dans les premiers résultats des moteurs pour ce terme dans des délais acceptables.

Avant de prendre en compte l’intérêt et la faisabilité d’un mot-clé, encore faut-il trouver ce dernier. Pour ce faire on peut se baser sur :

  • L’intuition et le référencement naturel.

Certains mots-clés peuvent vous venir automatiquement à l’esprit lorsque vous pensez à votre activité. Notez-les précieusement. Toutefois rien ne dit que les mots-clés que vous imaginez seront obligatoirement ceux utilisés par les internautes lorsqu’ils chercheront un site tel que le vôtre. Votre vision, parfois très interne et personnelle, de votre métier et de votre entreprise, peut être différemment perçue par un autre internaute ou un prospect.

  • Les bases de données et le référencement naturel.

Il existe des bases de données de mots-clés pour référencement naturel comme Wordtracker (http://www.wordtracker.com/) ou Keyword Discovery (http://www.keyworddisco- very.com/) qui peuvent vous aider à identifier les termes les plus intéressants. D’autres outils de recherche proposent également en ligne un palmarès des termes les plus souvent demandés, comme les « Hot Trends » de Google (http://www.google.com/trends/hottrends). Cependant, ces dernières listes ne vous aideront pas vraiment puisqu’elles ne proposent qu’une suite limitée de termes très souvent demandés. Il y a peu de chances que vous y trouviez votre bonheur. En revanche, Wordtracker ou Keyword Discovery sont plus complets, mais payants et assez souvent limités en ce qui concerne les mots-clés en français. Voici une autre liste:

  • SEO Book _ http://tools.seobook.com/keyword-tools/seobook/
  • Search Combination Tool  :http://www.internetmarketingninjas.com/search/
  • Good Keywords (logiciel) : http://www.goodkeywords.com/
  • TheFreeDictionnary : http://www.thefreedictionary.com/
  • WebRankInfo : http://www.webrankinfo.com/outils/semantique.php; http://www.webrankinfo.com/outils/expressions.php
  • Dictionnaire de synonymes : http://www.crisco.unicaen.fr/des/
  • Les générateurs de mots clés.
  • Les modules d’auto-complétion.

Une autre famille d’outils regroupe ceux qui proposent, lors d’une saisie dans un formulaire de recherche, des expressions connexes à la volée (l’auto-complétion). Il existe un grand nombre de ces outils, tels que :

Google Suggest, sur la page d’accueil du moteur

  1. http://www.google.fr/
  2. KwMap – http://www.kwmap.com/
  • Les sondages internes ou externes.

Au lieu de vous basez uniquement sur votre intuition, vous pouvez demander à des connaissances, des amis ou des collègues de bureau quels sont les termes qui leur viendraient à l’esprit pour rechercher vôtre activité ou vôtre produit sur le Web.

  • Les résultats sur les moteurs de recherche.

Tapez un certain nombre de mots-clés concernant votre activité sur des outils comme Google, Bing ou Yahoo! Regardez les résultats proposés par le moteur. Ils contiennent certainement des termes auxquels vous n’aviez pas pensé au départ pour votre référencement naturel.

  • Les Related Searches.

Sur des outils de recherche comme Google, Exalead ou Yahoo!, le moteur propose, dans ses pages de résultats, des Related Searches. Ce sont des suites de deux ou trois termes contenant ou non le mot demandé au départ. Ces expressions sont issues de bases de données statistiques sur les mots-clés, les plus demandés par les internautes par le passé.

  • L’audit de la concurrence et son référencement naturel.

Rien ne vous empêche de consulter s’ils en ont les balises méta keywords de vos sites concurrents. Ils vous serviront dans le cadre de votre stratégie de référencement naturel.

  • Pensez aux fautes d’orthographe et aux fautes de frappe sur votre nom ou vos mots- clés essentiels. Cela peut entraîner un trafic important. Remerciez Google Suggest qui permet cela.
  • Sur quels moteurs et annuaires faut-il se référencer ?

Dans les paragraphes qui précèdent, nous avons vu comment fonctionnent les moteurs et annuaires. Cependant, savez-vous sur quels outils vous allez devoir être référencé et positionné ? Cette donnée est également importante car il ne sera pas question de perdre du temps à tenter d’apparaître de façon optimale sur un annuaire ou un moteur qui ne ramène aucun trafic. Voyons dans un premier temps ce qu’il en est pour les moteurs de recherche.

Sur quels moteurs de recherche se positionner pour son référencement naturel ?

La réponse à cette question est simple : vous devez opter pour ceux qui ramèneront le plus de trafic sur votre site web. Si l’on en croit les baromètres du référencement disponibles en France, et notamment celui de AT Internet, le trafic est à plus de 99 % engendré par moins de dix outils de recherche : Google (plus de 90 % du trafic), Bing (2,5 %) et Yahoo! (1,3 %). Les autres ne dépassent pas 0,5 % de part de trafic.
Et si l’on considère que de nombreux moteurs et portails utilisent la technologie de recherche de Google, voire celle de Microsoft (Bing), le nombre de technologies de recherche sur lesquelles il va vous falloir être présent est encore plus restreint :

  • Google (Google, Neuf/Cegetel, Free, AOL.fr, Bouygues Telecom…) ;
  • Microsoft Bing (MSN.fr, Bing.com, Yahoo!).
  • Exalead (Exalead) ;
  • Voila (Voila, Wanadoo, Orange, Lemoteur.fr)

Sur quels annuaires se référencer pour votre référencement naturel ?

Pendant de nombreuses années, le référencement naturel d’un site sur un ou plusieurs annuaire(s) a été partie intégrante de la stratégie de référencement. 10 ans par le passé, le trafic « outils de recherche » était d’ailleurs divisé en deux sur un site web : la moitié venait des annuaires (et en grande partie du « Guide Web » de Yahoo!) et l’autre partie de ce trafic émanait des moteurs (en France, c’était AltaVista qui monopolisait le trafic à cette époque-là).

Une stratégie de référencement naturel  d’un site web sur les annuaires était donc tout à fait logique et efficace. Toutefois qu’en est-il aujourd’hui, à une période où Google accapare plus de 90 % du trafic « outils de recherche » en France ?

On classera en quatre catégories :

  • Les généralistes reconnus. Dans cette catégorie, on trouvera le Guide Web de Yahoo! dans sa version américaine (http://dir.yahoo.com/) (la française ayant disparu depuis 2010) ou l’Open Directory ou Dmoz (http://www.dmoz.org/). Les autres annuaires de ce type, comme le Guide de Voila, Nomade, Zeal, l’annuaire de Google ou autres ont aujourd’hui pour la plupart disparu ou ne sont plus maintenus. Il faut bien dire que seul l’Open Directory semble surnager encore et être maintenu par ses bénévoles.
  • Les généralistes peu connus. Il s’agit de tentatives de création d’annuaires généralistes qui n’ont pas connu le « succès ».
  • Les spécialistes. Il s’agit d’annuaires spécialisés dans une thématique donnée (le sport, l’e-commerce, la politique, l’écologie, etc.). Ils ne s’orientent que vers un domaine précis, mais tentent de recenser de la façon la plus exhaustive possible tous les sites les plus utiles et les plus pertinents dans cet univers.
  • Les annuaires créés pour le référencement naturel  On trouve dans cette catégorie une multitude d’annuaires, pour la plupart totalement inconnus mais qui ont été créés à des fins de référencement.
  • Quelques outils de mesure du positionnement

Il existe plusieurs logiciels et sites web permettant d’automatiser la surveillance des positionnements obtenus sur les moteurs. Voici les principaux d’entre eux, classés par ordre alphabétique (vous trouverez d’autres outils, notamment des sites web, en annexe) :

Les annuaires : les bons et les mauvais

Parmi les outils de recherche les annuaires ont longtemps eu une place appréciable car ils ont été longtemps utilisés par les internautes. Le plus connu d’entre eux a été celui de Yahoo!, dont la version française a hélas été supprimée en mars 2010. En revanche sa version anglophone est encore vivante et peut être obtenue ici : http://dir.yahoo.com/.
L’Open Directory (http://www.dmoz.org) ou Dmoz, est un autre annuaire mondialement connu, dont Google se servait pour son propre annuaire avant de l’arrêter également en 2011 (http://goo.gl/BCwc8).

Ces outils de prospection fonctionnement différemment des moteurs de recherche. En effet, la principale différence avec des moteurs tels que Google ou Yahoo! Search est qu’ils n’effectuent aucune recherche sur le contenu des documents des pages, des sites référencés. Ils proposent simplement une collection de fiches descriptives des sites qu’ils référencent. Ils présentent, dans un agencement de catégories et sous-catégories diverses, le contenu du Web au travers de sites décrits par un titre et une description de quelques mots. Des outils qui ressemblent fortement aux Pages Jaunes. La recherche s’effectue au travers de thèmes allant du plus général au plus précis, et qui fournit en dernier lieu une liste de sites représentatifs du domaine présenté.

Les annuaires sont utilisés pour trouver un site spécifique traitant d’un thème donné. Ils sont très efficaces pour trouver de l’information générale puisqu’ils décrivent les services référencés au moyen de quelques mots seulement.

Cependant il faut que la page de l’annuaire qui contiendra le lien vers votre site soit un minimum populaire. Si vous obtenez un lien depuis une page de PageRank 1 ou 2, l’impact sur votre site sera quasi nul. Mais si le lien est sur une page de PageRank 3 ou 4, et plus, cela peut devenir intéressant. Vérifiez le PageRank de plusieurs pages internes de l’annuaire, en descendant l’arborescence. Si les rubriques ont presque toutes un PageRank inférieur à 3, l’annuaire n’a que peu d’intérêt.

En tapant la requête « classement annuaires » dans Google, on trouve de nombreux classements des meilleurs annuaires du Web pour votre référencement, comme ceux de Sitti (http://goo.gl/Ysg1j), d’Every-Web (http://goo.gl/a58fa) ou d’Atypicom (http://goo.gl/Ef5Do). Ils ont le mérite d’exister et peuvent vous aider dans vos choix.

Enfin éviter certaines « fermes de liens » qui sont des annuaires pour augmenter artificiellement l’importance d’un site ou d’un groupe de sites dans les moteurs de recherche. Depuis 2009 Google affirmait qu’il appréciait peu les annuaires créés spécifiquement à des besoins de référencement naturel. En son « filtre de nettoyage » Penguin, lancé en 2012, a particulièrement ce type de sites dans le collimateur.

Le référencement naturel a-t-il une fin ?

De la même façon qu’il était incontournable d’être dans l’annuaire téléphonique quelques années auparavant, il paraît aujourd’hui incontournable d’être sur internet et d’être bien référencé. Près de 80% des recherches sur internet se font par les moteurs de recherche (Google, Yahoo, etc…) ou par les réseaux sociaux (Facebook, Twitter…). Dans le même temps parmi les 93 % des internautes utilisent des moteurs de recherche, 33% pensent qu’une société présente dans les premières pages des moteurs de recherche est leader de son marché, 3 visiteurs sur 10 ne consultent que la page d’accueil et 80% des internautes ne lisent pas les résultats au-delà de la 3ème page1. Autant de raison qui montrent la vitalité du référencement.

Même si les techniques de référencement naturel connaîtront ou non leur apogée, ils permettent actuellement de mettre en valeur le contenu de votre site par rapport à vos concurrent puis constituent un investissement à long terme.

Services SEO – réseaux sociaux : YouTube

Crée depuis 2005, YouTube est un site d’hébergement sur lequel on peut envoyer, visionner et partager des vidéos (extraits de films, émissions de télé, vidéos amateurs mais aussi des clips de musique).

Youtube : Nom du réseau, Fondateur, Age, Histoire.

Fondé Steve Chen, Chad Hurley et Jawed Karim, trois anciens employés de PayPal, le service sera racheté en Octobre 2006 par Google pour un montant de 1,65 milliard de dollars en nouvelles actions. La consécration de la plateforme intervient en 2007, YouTube sera alors disponible sur votre télévision. De la Google TV à l’Apple TV, il est désormais possible de regarder les chaines YouTube sur votre télévision. La nouvelle sera annoncée par Steve Jobs lui-même. Toutes les vidéos qui étaient en format Flash Vidéo seront alors réencodées en H.264, un standard vidéo HD utilisé par Apple. Dès lors YouTube a multiplié les lancements dans différents pays. Le dernier en date est la Suisse mais le service de géolocalisation s’inscrit également dans une optique de concurrence de Dailymotion, un site d’hébergement de vidéo en France. YouTube pour sa stratégie mise sur la signature d’accords avec des chaînes françaises comme M6 et France Télévisions pour pouvoir diffuser légalement certaines vidéos.

Youtube

Caractéristiques, Mode de fonctionnement

Pour ouvrir un compte YouTube vous aviez deux options : la première à l’aide de votre compte Google en s’authentifiant à l’aide des informations du compte sinon vous inscrire directement sur YouTube afin de disposer des identifiants adéquats. Une fois inscrit vous pouvez librement publier vos vidéos en prenant le soin de soin de respecter la charte à YouTube concernant les droits d’auteur. Vous avez aussi la possibilité de créer votre chaine YouTube qui permet de créer une playlists de toutes vos vidéos traitant d’une même thématique. La chaine YouTube est compte utilisateur sur un autre réseau social. Une chaine YouTube sert essentiellement à augmenter sa visibilité sur YouTube, exprimer son style, organiser son contenu à souhait, interagir avec le public et enfin la chaine est une plateforme d’échange entre vous et vos abonnés.

YouTube dispose d’un grand pouvoir viral. Grace à ses outils J’aime/ J’aime Pas on peut noter une vidéo mise en ligne, la fonction Ajouter à sert à adjoindre de nouvelles vidéos. La fonction Partager est l’une des plus importantes, elle permet de partager des vidéos et ou commentaires sur d’autres réseaux sociaux (Facebook, Twitter…) puis enfin l’outil Intégrer servant à copier/coller le code HTML d’une vidéo sur un autre site.

Centre d’intérêts : Grand public, Entreprises, b2b, b2c, Photo

YouTube à titre personnel permet de rechercher puis visionner des vidéos sur internet, de donner son avis sur les vidéos regarder, les partager sur d’autres réseaux et blog mais aussi de mettre en ligne une vidéo. YouTube n’est pas qu’à usage personnel. Les professionnels utilise YouTube pour promouvoir des artistes et musiciens, héberger des vidéos en ligne mais aussi en tant que support de communication pour de la publicité.

Aujourd’hui YouTube aide à la découverte de talent, le cas le plus marquant est celui de Justin Bieber. On peut augmenter son e-réputation avec YouTube au point d’être mondialement connu. Keenan Cahill ne dira pas le contraire. Son slogan « Broadcast Yourserlf » constitue un indémodable vecteur de communication.

Rang parmi les autres réseaux sociaux

YouTube est le plus grand portail de partage de vidéo. Présent dans 37 pays en Plus de 20 langues il constitue la référence mondiale. Ses principaux concurrents sont Dailymotion, Vimeo… Mais ses avantages par rapport à ces derniers sont nombreux :
Gratuité Popularité Contenu exponentiel Multiples formes d’exploitation Fiabilité du site et du support technique Compatibilité avec plusieurs formats vidéo Possibilités de sous-titrage Visionnage en HD Conversion d’une vidéo en 3D Service de streaming live VOD Outil statistique Control parentale Monétisation des chaines.

Intérêt pour le référencement

Suite au rachat de YouTube par Google en 2006, ce dernier a décidé de favoriser les contenus présents sur cette plate-forme de vidéos en ligne dans ses pages de résultats. YouTube est de fait le 2ème moteur de recherche le plus utilisé au monde. Par ailleurs le site de Google est de loin la plate-forme de vidéos la plus consultée. Avec 4 milliards de vue par jour, il devance de loin son principal concurrent Dailymotion (96 millions). Il est alors devenu de façon incontestable un point de passage pour le référencement de vidéos (VSEO), en particulier pour une cible le grand public.

Contact / Devis / Information